top of page

Cannes 2024 : une sélection qui tient ses promesses !

Dernière mise à jour : 11 mai




Comme chaque année, le plus grand festival au monde a annoncé sa sélection officielle et de grands noms comme des paris sont présents, le concept étant toujours de donner de la visibilité à des réalisateurs(trices) de renom mais aussi à faire découvrir les nouvelles générations. L'an dernier Thierry Frémaux, délégué général du festival de Cannes, avait réussi un festival exceptionnel. La Palme d'Or "Anatomie d'une chute" a conquis le public, récolté de nombreux prix jusqu’à l'Oscar du scénario, tandis que Martin Scorsese présentait son Killers of the Flower Moon avec Di Caprio et De Niro ou attribuait le prix du Jury au tétanisant La Zone d'intérêt, sans parler de nombreux succès comme "Les filles d'Olfa", "La chimère", "L'été dernier", "The Old Oak" de Ken Loach, "Le Jeu de la reine" ou à Un Certain regard "Le règne animal" qui y débuta son extraordinaire bouche à oreille, ou encore "Simple comme Sylvain".


Que nous réserve donc 2024 et cette vitrine cinéphile qui est la seule aussi riche et multiculturelle au monde même si Venise a remonté carrément la pente depuis 2017 alignant de nombreux Lions d'Or oscarisés (Pauvres Créatures, Nomadland, Joker, Roma, La Forme de l'eau).



D'abord hors compétition en Séances de Minuit on sera ravis de voir Nicolas Cage dans un nouveau rôle déanté avec The Surfer de Lorcan Finnegan. Le réalisateur de Vivarium imagine un homme qui veut faire du surf avec ses enfants et se fait humilier par une bande de surfers lui refusant l'accès à la plage.


Les Femmes au balcon de Noémie Merlant. L'actrice géniale L'innocent ou Portrait de la jeune fille en feu imagine trois femmes, dans un appartement à Marseille en pleine canicule. En face, leur mystérieux voisin, objet de tous les fantasmes.


A Cannes Première j'ai hate de voir ce que donneront Miséricorde d’Alain Guiraudie (L'inconnu du Lac), ou C’est pas moi de Leos Carax, autofiction autoportrait de 40 ans de carrière en 40 minutes pour Léos Carax (Les amants vdu Pont Neuf, Annette).


Hors compétition, Pierre Niney présentera "Le Comte de Monte-Cristo", blockbuster à la française dans l'univers d'Alexandre Dumas par la même équipe que Les trois Mousquetaires.


Après Fumer fait tousser, présenté en 2022 en Sélection officielle et Hors Compétition, Quentin Dupieux revient déjà après ses deux succès à moins d'un an d'intervalle que furent Yannick et DAAAAAALI ! Le Deuxième Acte réunit Léa Seydoux, Louis Garrel, Vincent Lindon et Raphael Quenard.



Neuf ans après avoir enflammé la croisette pour son chef d'oeuvre Mad Max Fury Road, George Miller reviendra le 22 mai 2024 à l'univers de Mad Max, avec ce prequel racontant la jeunesse du personnage de Charlize Theron, joué par Anya Taylor-Joy (Split, Glass). Chris Hemsworth et Yahya Abdul-Mateen II (série Watchmen, Aquaman et il sera dans Matrix 4) seront les deux autres têtes d'affiches. Inutile de dire que c'est l'un des films les plus attendus de l'année !








"Horizon : An American Saga" de Kevin Costner


A 68 ans, après 20 ans d'absence, Kevin Costner revient sur la Croisettele réalisateur de Danse avec les loups et Open range revient au western dans un projet de quatre films Horizon : An American Saga.


Sur une période de 15 ans avant et après la Guerre de Sécession. L'expansion vers l'Ouest est semée d'embûches qu'il s'agisse des éléments naturels, des interactions avec les peuples indigènes qui vivaient sur ces terres et de la détermination impitoyable de ceux qui cherchaient à les coloniser...le casting est composé de Kevin Costner, Sienna Miller, Sam Worthington, Jamie Campbell Bower, Thomas Haden Church, Jena Malone, Luke Wilson. 



Ceci c'est donc pour les films qui n'auront pas la palme puisqu'ils ne concourent pas.

Voici la sélection commentée par les soins de votre blanc lapin préféré.


EN COMPÉTITION POUR LA PALME D'OR


"The Apprentice" d’Ali Abbasi


Le réalisateur danois d'origine iranienne derrière le formidable Les Nuits de Mashad fait de fait du soldat de l'Hiver de Marvel, Sebastian Stan, un jeune Donald Trump dans les années 1970alors qu'il est entrepreneur immobilier et qu'il est en relation relation avec l'homme politique, Roy Cohn. On peut s'attendre à un portrait particulier de l'ex président des Etats-Unis.









"Modest Destino" de Karim Aïnouz


Le réalisateur brésilien du très réussi "Le Jeu de la reine" avec Jude Law en Henri VIII flippant, est sélectionné pour la seconde année consécutive en sélection officielle pour un film très différent.

Ceará, côte nord du Brésil. 30 degrés tout l’année. Chaque nuit, au Motel Destino, se jouent à l’ombre des regards de dangereux jeux de désir, de pouvoir et de violence. Un soir, l’arrivée du jeune Heraldo vient troubler les règles du motel.


"Bird" d’Andrea Arnold


La britannique Andrea Arnold avait fait sensation sur la croisette en 2009 avec Fish Tank avec Michael Fassbender, puis remporta le prix du jury en 2016 pour American Honey, road movie avec Shia LaBeouf. Depuis elle s'est illustrée sur des épisodes de la série Big Little Lies mais revient avec plusieurs projets ciné d'affilée. Les excellents Barry Keoghan et Franz Rogowski entourent la jeune Nykiya Adams pour suivre une enfant de 12 ans qui vit avec son frère et son père, qui les élève seul dans un squat au nord du Kent. Son frère n’a pas beaucoup de temps à leur consacrer et la jeune fille, qui approche de la puberté, cherche de l’attention et de l’aventure ailleurs.


"Emilia Perez" de Jacques Audiard


Après « Les Olympiades » où il nous parlait de sexe et d'amour chez les jeunes de 20 ans, l'un des plus grands cinéastes français, Jacques Audiard, va encore nous surprendre. Après avoir aligné des bijoux avec Un héros très discret, Regardes les Hommes tomber, Sur mes lèvres, De battre mon cœur s'est arrêté, De rouille et d’os ou Les Frères Sisters, Audiard change à nouveau de style, à 70 ans. Il s'agit d'une comédie musicale policière autour d'un personnage transgenre à la tête d'un cartel de drogue mexicain. Selena Gomez et Zoe Saldaña entourent

Karla Sofia Gascón qui jouera le chef de cartel qui a changé de sexe pour fuir la police et devenir une femme. L'actrice a elle même été un homme ayant fait sa transition


"Anora" de Sean Baker

Le réalisateur de The Florida Project, qui avait marqué Cannes avec Red Rocket et l’acteur porno Simon Rex revient en compétition. On suivra le parcours d'une travailleuse du sexe entre New York et Las Vegas.



"Megalopolis" de Francis Ford Coppola




Doublement palmé pour Conversation secrète en 1974 puis Apocalypse Now, en 1979, le réalisateur culte qui n'a rien tourné depuis 2013 et Twixt revient avec un film d'anticipation fou qu'il cherche à réaliser depuis 30 ans et qu'il présente comme son probable dernier film. Pour cela il a autofinancé 100 M$ soit un énorme budget en vendant ses propres vignobles afin d'avoir une liberté créative totale. L'excellente nouvelle est que c'est le brillant Adam Driver qui tiendra le rôle principal, celuiu d'un architecte chargé de redessiner New-York suite à cataclysme écologique et voulant en faire une nouvelle Rome. Mais il se confronte au Maire totalement opposé à ses plans. Shia LaBeouf, Jason Schwartzman, Aubrey Plaza, Nathalie Emmanuel, Forest Whitaker, Jon Voight, Laurence Fishburne, Michelle Pfeiffer, Cate Blanchett, Jessica Lange, et l'immense Dustin Hoffman sont au casting. Le film a été montré à 300 personnes et a visiblement divisé entre ceux trouvant le film excellent et d'autres trop expérimental mais Coppola a décidé de descendre dans l'arène en compétition pour la Palme quitte à se prendre des coups. Coppola nous a prouvé avec Tetro que son génie était intact et qu'il avait même la vigueur d'un jeune artiste.


La plus précieuse des marchandises de Michel Hazanavicius



Après Oss 117,  The Artist,  Coupez! ou Le Redoutable, le réalisateur oscarisé passe à l'animation et fait revenir le très regretté Jean-Louis Trintignant en voix pour ce film qui parlera d'espoir en pleine guerre mondiale.


"The Seed of the Sacred Pig" de Mohammad Rasoulof


Le réalisateur iranien derrière les excellents Un homme intègre et Le diable n'existe pas, est sélectionné malgré la confiscation de passeport par le régime iranien et l'impossibilité de se déplacer.


Pour avoir encouragé des manifestations post effondrement d’un immeuble dans la ville d’Abadan ayant fait plus de 40 morts, le réalisateur iranien Mohammad Rasoulof à 5 ans de prison et des coups de fouet quelques jour avant Cannes, le régime iranien faisant pression sur lui et ses proches pour retirer le film de la compétition. Il s'agira donc, au delà de grand talent du réalisateur, de tenir tête à l’obscurantisme par la présence du film malgré l'absence de quasiment toute l'équipe du film, assignée à résidence ou emprisonnée. Un geste fort pour le festival.


"Les Linceuls" de David Cronenberg


Le maitre David Cronenberg a été absent 9 ans avant Les Crimes du futur, où il retrouvait Viggo Mortensen dans un body horror à savoir du thriller où le corps est malmené sous toutes ses formes. Ce fut d'ailleurs sa marque de fabrique à ses débuts avec Scanners et Vidéodrome.

The Shrouds ou Les Linceuls racontera l'histoire d'un homme d'affaires ambitieux joué par Vincent Cassel, qui après la mort de sa femme conçoit une machine permettant de voir le corps du défunt se décomposer. On peut trouver l'idée particulièrement glauque et pas franchement envie de voir cela à l'écran. Il s'agira de la troisième collaboration entre Cassel et Cronenberg après Les Promesses de l'ombre et A Dangerous Method. Avec également Diane Kruger et Guy Pearce.



The Substance de Coralie Fargeat

La réalisatrice française de Revenge fait tourner Demi Moore et Margaret Qualley. C'est sa première sélection en compétition.


Grand Tour de Miguel Gomes

Rangoon, Birmanie, 1917. Edward, fonctionnaire de l’Empire britannique, s’enfuit le jour où il devait épouser sa fiancée Molly. Déterminée à se marier, Molly part à la recherche d’Edward et suit les traces de son Grand Tour à travers l’Asie.


"Marcello Mio" de Christophe Honoré


Je n'aime pas tous les films de Christophe Honoré. Son côté très libertin me gave parfois et ses pauses de cinéastes très en admiration devant la nouvelle vague peuvent m'agacer. Et puis des fois c'est excellent comme" Les chansons d'amour" ou "Plaire, aimer et courir vite". En 2022, avec "Le Lycéen", Christophe Honoré signait un film délicat, romanesque, mélancolique mais qui regarde vers la lumière, un très bel hommage à l'adolescent qu'il a été et à la cellule familiale comme bateau de sauvetage. Son nouveau long-métrage devrait intriguer puisqu'il retrouvera pour la septième fois Chiara Mastroianni qui y jouera son propre rôle. Elle est actrice, elle est la fille de Marcello Mastroianni et Catherine Deneuve et le temps d’un été, chahutée dans sa propre vie, elle se raconte qu’elle devrait plutôt vivre la vie de son père. Elle s’habille désormais comme lui, parle comme lui, respire comme lui et elle le fait avec une telle force qu’autour d’elle, les autres finissent par y croire et se mettent à l’appeler « Marcello ». Sa mère Catherine Deneuve jouera son rôle également aux côtés de sa fille.  S'ajoutent au casting d'autres grands noms comme Benjamin Biolay, Melvil Poupaud, Nicole Garcia ou Fabrice Luchini.



"Caught by The Tides" de Jia Zhang-ke

Le réalisateur chinois de A touch of Sin, Les Eternels, revient avec une histoire d'amour sur 25 ans. Pas sûr d'adhérer dans la mesure où j'ai trouvé chacun de ses films horriblement ennuyeux.


"All We Imagine As Light" de Payal Kapadia

Le parcours de Prabha, une infirmière de Mumbai empêtrée dans un mariage arrangé avec un homme parti vivre à l’étranger. Anu sa jeune colocataire cherche un endroit où elle pourra enfin faire l’amour avec son amoureux. Les deux femmes se rendent dans une ville côtière. Là-bas une forêt tropicale mystique deviendra le lieu où leurs rêves et leurs désirs deviennent réalité.

Première sélection pour cette cinéaste indienne, le cinéma indien étant très rarement représenté de pare sa forte typicité mais là visiblement loin est loin de Bollywood.



"Kinds of Kindness" de Yórgos Lánthimos


Après The Lobster et Mise à mort du cerf sacré, puis l'excellent "La favorite", qui a valu à Olivia Colman l'Oscar de la meilleure actrice, Yorgos Lanthimos a frappé très fort en ce début d'année avec Pauvres créatures, Lion d'Or à Venise. Emma Stone incarne son meilleur rôle dans ce film anti-patriarcal, drôle et visiblement d'un imaginaire confondant.


Il reviendra cette fois-ci tenter de décrocher la Palme d'"Or à Cannes avec Kinds of Kindness et ses acteurs fétiches Emma Stone, qui vient de remporter l'oscar de la meilleure actrice pour Poor Things, Wellem Dafoe, Margaret Qualley, et un petit nouveau chez lui, Jesse Plemons. Il s'agira de trois histoires où les acteurs joueront des rôles différents dans des styles différents et la sélection en compétition au prochain festival de Cannes en mai prochain est fort probable compte tenu de la hype du réalisateur et son actrice et de la date de sortie du film.



"L’Amour ouf" de Gilles Lellouche


Si Le Grand Bain fut un succès critique et public surprise pour Gilles Lellouche, il lui aura fallu 5 ans pour retourner derrière la caméra. Il s'agira de l'adaptation d'un roman de roman de Neville Thompson et le film s'intitulera L'amour ouf ! Il s'agira d'une comédie romantique et musicale ultra violente qui suivra un couple joué par François Civil et Adèle Exarchopoulos dans un quartier misérable de Dublin. Le casting sera complété, pour les noms connus, de Alain Chabat, Benoît Poelvoorde, Vincent Lacoste, Jean-Pascal Zadi (Tout simplement noir), Élodie Bouchez, l'acteur qui monte Karim Leklou (Bac Nord, Le Monde est à toi), Raphaël Quenard et l'un des plus brillants jeunes acteurs français Anthony Bajon (Teddy, Chien de la Casse, Une jeune fille qui va bien). C'est assez surprenant de voir cette grosse production en sélection pour la Palme avec un réalisateur plutôt snobé en général par une certaine presse parisienne. C'est donc à la fois gonflé de la part de Thierry Frémaux, et peut-être signe que le film est réussi...



"Diamant Brut " d’Agathe Riedinger

Liane, 19 ans, téméraire et incandescente, vit avec sa mère et sa petite sœur sous le soleil poussiéreux de Fréjus. Obsédée par la beauté et le besoin de devenir quelqu’un, elle voit en la télé-réalité la possibilité d’être aimée.

C'est un premier film pour la réalisatrice et qui est sélectionné, là aussi, signe d'un beau résultat ?



"Oh Canada" de Paul Schrader


Jacob Elordi sera t-il la nouvelle révélation masculine 2024 ? On l'a vu fin 2023 en aristocrate beau gosse qui charme tout le monde dans le controversé "Saltburn" qui vient de sortir sur Amazon. Il a a été découvert dans la série Euphoria de HBO, que je n'ai pas vue mais qui a défrayé la chronique en traitant du sexe et du mal être chez les adolescents de manière moderne et crue. Il était tout début janvier 2024 en Elvis Presley dans le Priscilla de Sofia Coppola.

Là il sera la star de Oh, Canada du grand Paul Schrader avec Richard Gere. Il jouera le personnage de Gere lorsqu’il était jeune et engagé au Vietnam. Paul Schrader a réalisé de très bons opus ces dernières années avec Ethan Hawke (Sur le chemin de la rédemption), Oscar Isaac (The Card Counter) et Joel Edgerton (Master Gardener).



"Limonov – The Ballad" de Kirill Serebrennikov



Le réalisateur russe, Kirill Serebrennikov, fervent opposant à Poutine, qui a accédé à la reconnaissance internationale avec Leto et La Fièvre de Petrov reviendra en mars avec La Femme de Tchaïkovski. Il est probable que ce chouchou du festival de Cannes soit de nouveau sélectionné au mois de mai 2023 pour la Palme d'Or avec son prochain film déjà mis en boite.


Limonov s'intéressera à la vie de l'écrivain et homme politique russe Edouard Limonov et sera interprété par l'excellent Ben Whishaw (Le parfum, Skyfall, loud Atlas, The lobster, This is going to hurt). Né en 1943, Edouard Limonov, dissident au régime d'URSS, quitte le pays pour s'installer à New York où il devient très vite clochard puis punk avant de devenir majordome d'un milliardaire, tout en écrivant des récits autobiographiques. Ce n'est qu'une fois à Paris que ses premiers livres seront publiés. A la chute du régime, il devient soldat dans les Balkans du côté des serbes. Limonov sera emprisonné quatre ans pour tentative de coup d'État à son retour en Russie. A sa libération il devient libéral et leader de l'opposition à Vladimir Poutine.



"The Girl with The Middle" de Magnus Von Horn

L'histoire de la célèbre "faiseuse d'anges" danoise Dagmar Overbye, qui a assassiné des dizaines de nourrissons à Copenhague dans les années 1910 et a été condamnée à la prison à vie en 1921.



"Parthenope" de Paolo Sorrentino


Gary Oldman, Stefania Sandrelli et Luisa Ranieri seront du casting du prochain film de Paolo Sorrentino, réalisateur de La grande Bellezza, Youth ou la série The Young Pop ou encore du superbe La main de Dieu.


Naples 1950. Une jeune fille américaine débarque au port après avoir reçu une lettre inattendue.


Comments


bottom of page