top of page

The Gentlemen

De: Guy Ritchie



Voici enfin le retour en grande forme de Guy Ritchie après deux blockbusters impersonnels qu'étaient La légende du Roi Arthur et Aladdin. Le réalisateur a été critiqué à ses débuts pour sa façon très clipesque de réaliser ses films. Issu du monde de la pub et du clip, il est vrai que "Crimes Arnaque et botanique" ou "Snatch", sortis il y a 20 ans, avaient un côté épileptique qui pouvait déplaire à certains. Moi perso, j'adore et son passage par Sherlock Holmes était vraiment très réussi lui aussi. Disons que Guy Ritchie a créé son style, qui parfois agace et donne de mauvais films (Revolver, RocknRolla) et des fois c'est jouissif et du divertissement surexcité mais ultra efficace (cf films précités et Des Agents très spéciaux).


Avec The Gentlemen, il choisit de revenir au style de ses deux premiers opus avec le même cadre d'une histoire de gangsters et d'arnaque. Comme dans Snatch, les groupes de gangs sont nombreux, cinq en l’occurrence, ce qui permet au scénario de surprendre en permanence et d'empêcher de savoir où il va nous amener. L’ironie est corrosive et la salle éclate de rire à plusieurs moments car Ritchie n'en oublie pas son comique de situation souvent malin et ses personnages très bien écrits.


Pour se faire aider, son casting est juste hyper classe. Matthew McConaughey est royal en lion de la jungle qui veille sur son empire de la weed et cherche à éviter qu'un prédateur plus malin lui vole son trône. Un rôle écrit sur mesure pour lui et très classe qui lui permet de tordre le cou à la direction pas très bonne prise par sa carrière ses trois dernières années.


Charlie Hunnam a le 1er rôle à ses côtés et prouve que c'est un très bon acteur, cool. Après bien des efforts et des films pas forcément réussis au final, l'acteur accroche un bon film de plus à sa filmo après Crimson Peak et surtout The Lost City of Z.


Quant à Hugh Grant, c'est un réel plaisir de le voir de nouveau en haut de l'affiche dans un rôle de manipulateur, sombre et retord. Il est juste excellent.


Colin Farrell joue de nouveau un contre emploi délicieux comme il en a le secret et l'exigence.

Le film est malin et rythmé mais peut être moins dans l'épate et l’esbroufe qu'on pouvait reprocher à ses deux premiers films. Il est plus pausé même si le terme n'est pas adapté dans le rythme et le montage sont la marque de fabrique de Ritchie.


La virtuosité de l'ensemble donne la patate et le sourire tant l'histoire est jubilatoire.


La coolitude de ces ficelles de scénario font du bien. C'est certes un film sans prise de tête ni message. Mais ce type de récit à double fond, qui surfe sur un humour potache, parsemé de scènes d'actions en général comiques et de rebondissements en cascade, est le film idéal pour vous divertir intelligemment.


La piste aux Lapins :




Posts récents

Voir tout

Soul

1917

bottom of page