top of page

Elvis

De: Baz Luhrmann


Le cinéma de Baz Lurhmann est rare, il tourne peu de films, 5 films en 25 ans et surtout il se reconnaît dès la première scène. C’est enlevé, ca explose, ca brille et c'est démesuré. Ca peux gonfler certains mais de Romeo+Juliette à Moulin Rouge, moi le résultat me plait plutôt. C’est too much certes mais c'est assumé comme un énorme spectacle qui doit en foutre plein la vue. Son Gatsby le Magnifique était d ailleurs sauvé par l'interprétation de Di Caprio et cette épilepsie dans les travellings qui gommait les côtés chiants et classiques du scénario.


Avec Elvis, le réalisateur réussit à m'intéresser à un artiste dont je me fout complètement, qui pour moi est une caricature et dont le style musical m'a toujours laissé de marbre. Il a réussi à m'emballer et me rendre hyper enthousiaste sur son Elvis.


Plusieurs atouts font de ce film un must à voir en 2022. Évidemment la mise en scène est prodigieuse, inventive, disruptive et créative, ce qui pourrait à elle seule valoir le coup même en racontant un biopic bateau.


Mais Baz Luhrmann a eu le talent de faire trois choix pertinents. D'abord il raconte l'enfance d Elvis et nous fait redécouvrir son attachement à la culture musicale noire mais il le fait via une explication de texte d'un personnage immonde. Tom Hanks joue un vrai méchant à contre emploi total en interprétant ce « Colonnel » qui réussit à s'imposer impresario d'Elvis depuis tout jeune jusqu’à lui sucer tel un vampire ces dernières forces et le pousser à la déchéance par appât de gain et avidité. Rassurez vous le personnage est plus nuancé que cela mais il est fascinant de noirceur et le fait qu'il soit le narrateur est une excellente idée.


Ensuite Austin Butler, inconnu au bataillon qui gracc à Elvis va jouer le super méchant Feyd Rautha dans la suite de Dune, est tout simplement bluffant. Il est Elvis et c'est lui qui chante et qui a bossé comme un damné son timbre de voix pour assurer le rôle de sa vie qui lui ouvre les portes d Hollywood. Il est très bon tant dans le charme que la naïveté un peu bovine du personnage. Certes le réalisateur australien le magnifie et pense dans ses décors et sa mise en scène au moindre détail pour embaumer son personnage de toute l'aura qu'il draine encore derrière lui 45 ans après sa mort.


Et le troisième choix qui fait d'Elvis un grand film est d'avoir voulu raconter un mythe plus qu'un personnage. A un moment le film se détache de l'homme pour prendre de la hauteur sur les fans, l'entourage immédiat et montrer cet homme hyper généreux et doué tout d'abord rebondir et provoquer l'hystérie alors même que les Beatles et les Stones et tout le mouvement hippie était passé par la. Et la le film raconte l'histoire d'un mythe en construction et comme tout mythe il a besoin d'un échec et d'une renaissance au sommet. Puis le film explique les mauvais choix et l'enfermement dans sa prison dorée de Las Vegas et dans l alcool et la drogue et le film prend une tournure de tragédie grecque assez fascinante.


Baz Luhrmann signe son film le plus mature car avec le plus de recul, le plus complet car traitant de sujets au final très universels, le plus abouti car délaissant parfois son énergie pour mieux embraser le destin tragique du king, qui se suffit à lui seul.

Un grand biopic et un film remarquable.


La piste aux Lapins :





































































































































Terrence Malick

9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commenti


bottom of page