top of page

Reality

De Tina Satter


Le 3 juin 2017, Reality Winner, vingt-cinq ans, est interrogée par deux agents du FBI à son domicile. Cette conversation d’apparence banale parfois surréaliste, dont chaque dialogue est tiré de l’authentique transcription de l’interrogatoire, brosse le portrait complexe d’une milléniale américaine, vétérane de l’US Air Force, professeure de yoga, qui aime les animaux, les voyages et partager des photos sur les réseaux sociaux. Pourquoi le FBI s’intéresse-t-il à elle ? Qui est vraiment Reality ?


La force du film, sobre, aux trois personnages, tient à la fois d’une mise rn scène discrète qui épouse les nuances de jeu que du scénario qui avance en titillant notre curiosité et en ne révélant les enjeux qu’au fil de l’interrogatoire. Le fait que le scénario suive un enregistrement réel de l’interrogatoire par le FBI joue beaucoup car il donne à la fois une crédibilité et fascine par la méthode. Les agents sont plutôt doux et sympathiques et même si on sait qu’ils en savent davantage, on est fasciné par leur technique d’approche, par leur prévenance, à l’opposé de l’image qu’on se fait d’un interrogatoire musclé par le FBI. Face à eux, l’actrice Sydney Sweeney explose dans un rôle ambigu, son visage parfois inexpressif et parfois surpris telle une bête traquée sont impressionnants. Clairement le jeu de l’actrice interroge autant qu’il rebd dubitatif sur la profondeur de ce qu’on lui reproche d’avoir commis. On la voit jouer un personnage qui joue lui même. Sa réaction à la perquisition chez elle est anormale de calme donc elle a quelque chose à se reprocher mais son jeu de jouer la bonne citoyenne honnête et incrédule à quelquechose de fascinant. Et puis surtout, le film prend un tour politique huper intéressant que je ne peux pas révéler mais qui en dit beaucoup de la démocratie américaine et de la liberté d’action. Très intéressant et très bien ficelé.


La piste aux Lapins :



4/5

9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page