top of page

Nitram

De: Justin Kurzel


Son Nitram s'intéresse à la tuerie de Port-Arthur en Tasmanie, en 1996. Le film a marqué Cannes 2021 et son jeune acteur, Caleb Landry Jones est reparti avec le prix d'interprétation !

Alors a priori, çà peut vous rebuter de vous colleter un film de 1h50 sur une tuerie de masse. Et très honnêtement, je ne me suis pas précipité en salles pour le voir car le thème me déprimait grave, alors qu'il en faut pour me déranger. Juste que le côté glauque du pitch ne m'"incitait pas. L'erreur est réparée fort heureusement car Nitram est excellent et se regarde très facilement. La raison est simple. Justin Kurzel s'intéresse sur 10 minutes à la tuerie et sur 1h40 à comment le personnage en est arrivé là. Il nous raconte l'histoire vraie d'un trentenaire australien ayant de gros soucis psychologiques et dès lors du mal à s'intégrer, sans amis, vivant chez papa maman morts d'inquiétude et étant incapable de réprimer ses crises d'hystérie à la limite de la folie.

Le film est à la fois perturbant car il ne quitte jamais son anti héros de vue et il ne juge pas, il fait juste des constats. Ce paumé puceau qui n'a pas eu droit à une vie normale de par son handicap est au final enfermé en lui-même et on comprend les ruptures de vie qui psychologiquement vont l'amener à perdre le peu de raison et d'affect qu'il a pour commettre un crime horrible. Caleb Landry Jones est en effet remarquable de bout en bout et mérite amplement son prix d'interprétation cannois. Son Nitram est flippant car incontrôlable et peut partir en vrille à tout moment mais malgré cet affect très particulier, on arrive non à s'identifier mais à comprendre le milieu social dans lequel il évolue, milieu pauvre, l'injustice qu'il subit et qui va déclencher l'acte, l'histoire d'amour folle qu'il va vivre et qui là aussi va se rompre d'un coup.

L'histoire est assez incroyable quand on pense que c'est une histoire vraie et le rebondissement qui y est liée, qui est horrible puisqu'il aboutit à la tuerie, est juste hallucinant.

On comprend pourquoi le réalisateur s'est attaché à raconter cette histoire qui rend le film à la fois perché, triste et d'un déterminisme absolu puisqu'on connait la fin dès le début.

Un film assez bouleversant car le personnage est enfermé de par son psychisme dans une vie à part alors qu'il voudrait être normal et c'est ce qui va l'amener à tuer ce qu'il ne peut pas être. Glaçant et fascinant à la fois.


La piste aux Lapins :



































































































































Terrence Malick

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page