top of page

Moonrise Kingdom

De: Wes Anderson


Voici enfin "Moonrise Kingdom", première incursion en compétition officielle à Cannes pour l'un des meilleurs réalisateurs quadras hollywoodiens.

Il y a peu de metteurs en scène dont on reconnait la patte au premier plan. Comme dans "La vie aquatique", Wes Anderson commence son film par des travellings virtuoses de camera au travers du décor de la maison familiale des protagonistes. En accentuant cet aspect carton pâte et décorum de cinéma, il nous insère avec brio dans ce cocon familial clos, maison isolée elle même sur une ile et, au passage, nous livre un clin œil, une invitation à entrer dans son petit univers.

Les couleurs jaunies très sixties sont complétées par un montage, un séquençage des scènes très efficace et d'un niveau bluffant. On ne sait pas où on va mais on y va en rythme ! Certains critiques reprochent à Wes Anderson de ne pas se renouveler, de toujours raconter une histoire de famille sur un ton situé entre nostalgie, absurde et déconnexion lunaire. Mais contrairement à un Tim Burton qui ne fait que "copier coller" sans âme ses marques visuelles, Anderson construit bien une autre histoire, différente des précédentes. La thématique est toujours familiale, une famille qu'on ne choisit pas, une adolescence qui laisse des traces, mais c'est le cas de la plupart des réalisateurs que de retourner à des sujets fétiches. Ce qui interpelle dans ce nouvel opus, au-delà du jeu de cette brochette d'acteurs (Bruce Willis, Frances McDormand, Edward Norton, Bill Murray), c'est ce souci du détail dans chaque plan, cette délicatesse dans l'expression des états d'âme de chaque personnage, tout en survolant l'ensemble avec un second degré permanent. Une légèreté qui prend racine dans une dérision assumée, qui pourtant traite de sujets bien en relief. L'image, la colorimétrie sont là pour accentuer cet espace isolé où cohabitent des protagonistes tous un peu perchés. Mais ces thématiques n'en demeurent pas moins universelles et il serait dommage d'en zapper la profondeur.

"Moonrise kingdom" c'est un peu l'aventure et l'imaginaire de l'enfance qui rencontre la frontière de l'âge adulte.


Ces adultes sont tristes, dépressifs et n'ont plus de projets, plus d'entrain, ils restent coincés dans leur vie de famille comme Bill Murray et Frances MacDormand, couple qui ne se s'aime plus mais reste ensemble par commodité, pour les enfants.

Le burlesque des situations provoque des rires mais jamais des éclats car la tendresse qu'a Wes Anderson pour ses personnages est incroyablement communicative. Elle vous donne la patate car on se reconnaitra tous dans les errements de ces gamins qui cherchent à échapper à cette destinée peu reluisante et figée du monde des adultes.

Les enfants cherchent à être des grands et les adultes à jouer aux scouts ou aux amoureux adolescents plutôt que de prendre des décisions concrètes et engageantes. Un film sur le pouvoir de la naïveté. Les enfants veulent être libres et adultes le plus vite possible alors que les adultes cherchent à retourner dans cette période si particulière. Un chassé croisé drôle et rocambolesque. Anderson est timide et cache ses messages derrière son drôle de style qui n'appartient qu'à lui mais qui en fait décidément un des très grands auteurs mondiaux d'aujourd'hui.

La piste aux Lapins :




















































2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Komentáře


bottom of page