top of page

Le bleu du Caftan

De : Maryam Touzani



Le pitch : Halim est marié depuis longtemps à Mina, avec qui il tient un magasin traditionnel de caftans dans la médina de Salé, au Maroc. Le couple vit depuis toujours avec le secret d’Halim, son homosexualité qu’il a appris à taire. La maladie de Mina et l’arrivée d’un jeune apprenti vont bouleverser cet équilibre. Unis dans leur amour, chacun va aider l’autre à affronter ses peurs.


La réalisatrice marocaine Maryam Touzani signe un très beau film avec « Le bleu du Caftan ». Alors qu’on aurait pu craindre un énième film sur un amour homosexuel proscrit, qui aurait pu tomber dans certains clichés et une redite, la realisatrice opte pour un point de vue différent. De la même manière que cet homme qui ne désire pas les femmes est marié à une épouse qui se doute que quelque chose n’est pas normal dans leur relation, le film préfére montrer de façon feutrée qu’expliquer. La pudeur imprègne toute la mise en scène du film par exemple en ne filmant aucune scène de sexe sauf une, qui montre la douleur de cet homme. Les gros plans qui filment la finesse des tissus et le grain des peaux apportent beaucoup à cette intimité dans laquelle beaucoup d’amour règne malgré tout.

Lubna Azabal est toute aussi impressionnante que dans Incendies de Denis Villeneuve. En femme forte qui lutte et sait au fond d’elle la vérité, elle est sublime. Le film est très émouvant sur sa dernière partie et vous laissera un souvenir fort. Un très beau film sur un amour conjugal platonique, sur la délicatesse dans un couple par respect et par sentiments. Un film très élégant.


La piste aux Lapins :








13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page