top of page

Beau is afraid

De Ari Aster



Ari Aster est le réalisateur ultra hype du cinéma d'horreur après Hérédité et Midsommar.


Beau is afraid était donc ultra attendu puisque son personnage est interprété par non moins que l'un des meilleurs acteurs au monde, Joaquin Phoenix !

Soyons clairs d'entrée, Phœnix est génial comme toujours et nous bluffe une nouvelle fois. On comprend qu'il ait adoré le script.

Après le film est très particulier et au moins la moitié du public risque soit de détester soit d'être larguée tant le film est perché.


On pense à Lynch, ou à un cinéma plus aventureux des années 70 et 80 où les réalisateurs n'hésitaient pas à nous plonger dans des métaphores ou des concepts pas forcément faciles d'accès mais jouissifs quand on adhérait.


Ici il faut absolument comprendre que l'on entre dans la tête névrausée du personnage principal et qu'on n'en sort jamais sinon ben, on ne comprendra strictement rien au film.


Passé cette étape, on accepte cette course poursuite délirante et cauchemardesque et le passif de la filmographie du réalisateur prend évidemment tout son sens.


On est souvent à la frontière de l'horrifique car tout ce qui arrive à Beau ressemble au réel mais ne l'est jamais totalement.


Évidemment la grande question est de se demander ensuite ce qui relevait du trauma du personnage et sa vision délirante du monde ou d'un réel qu'il a vécu.


Ce parti pris est très fort et couillu, dans tous les sens du terme et vous comprendrez en voyant le film jusqu'au bout. Mais aussi malaisant que le visionnage peut l'être parfois, le film fascine par la virtuosité du jeu de Joaquin Phœnix et de la mise en scène d'Ari Aster comme de l'imaginaire tordu et tortueux qu'il déploie devant nos yeux. Ce type est brillant et marquera le cinéma dans les années à venir, c'est évident. Même Martin Scorsese l'affirme !


J'ai beaucoup aimé mais c'est vraiment casse gueule de dire "vas y c est excellent !" tant c'est typiquement le genre de film qu'on adore ou que l'on vomit.


En tout cas pour moi c'était un moment intriguant, avec du suspens, des surprises, des émotions et une curiosité sollicitée en permanence soit beaucoup de cases qu'un grand film se doit de remplir.


La piste aux lapins :












14 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page