top of page

Star Wars : L'ascension de Skywalker

Dernière mise à jour : 11 janv. 2023

De: JJ Abrams



Voici donc le 9ème film d'une série SF culte reprise par Disney il y a 10 ans, rachetée 4 milliards à son créateur, Georges Lucas. Si ce dernier avait été très critiqué pour sa prélogie, balourde et bâclée initiée en 1999 et terminée en 2005 par une Revanche des Sith tout juste potable, on peut dire que Disney a bien saccagé un mythe.


Le Réveil de la force était un copier coller de l'épisode IV, le 1er film historique mais avait le mérite de faire revenir Han Solo et Chewbie et d'assurer le fan service. On pouvait laisser le bénéfice du doute et attendre de voir comment les nouveaux personnages relativement insipides allaient évoluer. Finn (John Boyega) avait la palme du consensualisme mou des studios à vouloir absolument mettre un black au centre de l'histoire. Sauf que Disney n'a pas été foutu de dessiner un personnage et que son côté unidimensionnel s'est accru au fil des épisodes, malgré les tentatives d'amourettes ridicules développées dans l'épisode suivant pour arriver à la catastrophe de ce dernier épisode. On aurait pu enlever le personnage sans rien faire bouger à l'intrigue.

L'épisode VII tant décrié par certains fans haineux, Les Derniers Jedi, avait le mérite de tenter de nouvelles pistes narratives et de surprendre. Et pour le coup, il avait énervé certes mais bousculé également, avec en plus un visuel plutôt classieux. C'était sans compter sur le manque de couilles de Disney qui avec son faiseur JJ Abrams décida de tout bousiller dans ce terrible "L'ascension de Skywalker", l'un des plus mauvais films de la saga, "La Menace fantôme" et "La Guerre des Clônes" étant pires...quoique.


JJ Abrams m'a toujours gonflé par son côté Yes man fadasse et je n'ai aimé aucun de ses films sauf Le réveil de la force, pour lequel je cédais à la nostalgie. Ici il nous ramène Palpatine, l'empereur, de façon ultra lourde, dès le départ, dès le texte qui apparait et tue tout suspens dès les cinq premières minutes, un comble scénaristique. Cet artifice pour récréer un grand méchant et effacer le film précédent est très mal géré. Le scénario enfile ensuite une succession de scènes d'actions à une rapidité frénétique fatigante qui ne laisse pas une seconde de répit aux personnages et utilise la moindre occasion pour torpiller le film précédent et se renier. C'est minable de s’aplatir de la sorte face aux fans enragés qui n'avaient pas aimé et c'est surtout renoncer à toute idée nouvelle pour enfoncer des portes ouvertes et terminer les neufs films sur une note qui ressemble plus à un pudding indigeste qu'à une apothéose. Les personnages peu développés dans les deux précédents films n'ont donc pas le temps de se développer dans ce film là et à part Kylo Ren et REY, les autres sont inutiles et horriblement chiants. Pire, Abrams nous rajoute de nouveaux personnages tout aussi fadasses ce qui est scénaristiquement complétement con !


Le manque d'ambition et de vision scénaristique de l'ensemble donne envie de vomir tant le résultat donne un spectacle dénué de personnalité, escamoté de partout, inconsistant et surtout donnant à cette trilogie une absence totale de sens et de raison d'être. Les personnages sont inintéressants, peu empathiques, fades, il n'y a aucun humour et les idées de départ contestables en soit s'avèrent toutes de mauvaises idées.


Cet épisode est un gâchis total et une honte pour Disney. Avec cet épisode la firme risque fort d'avoir sacrément altéré la poule aux œufs d'or et n'a certainement pas réussi à faire traverser la saga à une autre génération. La bonne nouvelle est qu'ils en ont terminé avec les Skywalkers, la mauvaise est qu'ils feront d'autres longs métrages. Sauront-ils apprendre de leurs erreurs ? Le box office du film et très décevant et les critiques relativement mauvaises mais la faute revient au cynisme des équipes, au scénario et à l'arc narratif inconsistant. Je ne comprend pas que l'on puisse dépenser autant de pognon pour livrer un résultat aussi mauvais alors que l'histoire devait être au centre de tout et qu'ils bénéficiaient de l'aura extraordinaire d'une mythologie existante.

C'est consternant.


La piste aux Lapins :






3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Komen


bottom of page