top of page

Once upon a time in Hollywood

Dernière mise à jour : 11 janv. 2023

De: Quentin Tarantino



Un film de Quentin Tarantino est toujours un évènement tant le trublion cinéphile s'avère populaire, dispose de hordes de fans inconditionnels de par le monde et se trouve être l'un des rares cinéastes qui monte à Hollywood des films sur son nom et n'a aucun problème à trouver les budget et surtout trouve son public en salles.


"Once upon a time in Hollywood" est d'ailleurs bien parti pour devenir l'un des plus grands succès de sa carrière tant son démarrage est explosif aux USA et dans le reste du monde. Il faut dire que Tarantino a un don pour le casting exceptionnel.

Brad Pitt dans "Inglorious Basterds" était génial et se troube être l'un des plus grands acteurs au monde.


Léonardo Di Caprio dans "Django Unchained" était délicieux de perversité et se trouve être l'un des meilleurs acteurs au monde.


Réunir ces deux monstres sacrés d'Hollywood pour rendre hommage à une parenthèse enchantée des années 70 où un vent de liberté soufflait sur l'usine à rêves, c'était évidemment gage d'un rendez-vous immanquable.


A ce titre aucune déception n'est à pointer puisque Brad Pitt a une classe hallucinante dans "Once upon a time in Hollywood" et Léo est comme toujours au-delà du parfait. Les rôles sont taillés pour eux, leurs scènes communes sont certes rares mais excellentes et leurs scènes solo leur donnent des moments de cinéma qui resteront imprégnés dans nos rétines. Que ce soit le quotidien d'acteur raté du personnage de Di Caprio ou la dégaine cool et mâle de Pitt quand il va voir les hippies de Charles Manson ou encore quand il se bat avec Bruce Lee...c'est juste excellent et drôle.


Mais Tarantino peut décevoir sur ce flm à deux titres même si personnellement je n'ai pas du tout été déçu, bien au contraire.


D'abord son film est long et dure 2h44 et certains pourront trouver qu'il manquait des coupes. Moi je trouve qu'au contraire cette durée permet de sentir et d’ humer l'odeur de cette époque. La reconstitution des années 70 est fabuleuse et Tarantino nous fait errer avec ses personnages en prenant son temps, souvent sans dialogues, pour nous immerger dans cet Hollywood passé pour lequel une profonde mélancolie se dégage. Et c'est là le second point qui va désarçonner certains. Quentin Tarantino abandonne quasiment l'une des caractéristiques majeures de son cinéma à savoir les dialogues chelou hyper longs mais très drôles. Il s'efface dans la narration au profit de silences, de climax et c'est très très réussi. On a parlé de film le plus personnel pour son auteur lors de sa présentation à Cannes et c'est vrai. J'ai bien sur beaucoup rigolé car Tarantino garde soin humour mordant mais il aime et adore ses deux personnages, ces deux loosers magnifiques, leur complicité et il nous envoie une superbe déclaration d’amour au cinéma. Bien sur il le fait en utilisant les tournages auquel son personnage principal participe ou les extraits de ses films, ou en montrant ce Hollywood insouciant et cool de cette époque. Mais comme bien évidemment il n'est pas dupe et nous on plus, on comprend peu à peu qu'il embellie cette image du passé et qu'il donne à ce Hollywood et au cinéma en général tout ce pouvoir de raconter les histoires différemment, de rendre la vie quotidienne plus distrayante, d'effacer ce qui est moche et laid dans la vraie vie et de donner à la fiction toutes ses lettres de noblesse.

Tarantino nous livre un conte. Il était une fois...et c'est excellent. En ce sens son film est proche de Django Unchained et de Inglorious Basterds.


Il est comme un gamin qui utiliserait son incroyable culture pop de 50 ans de cinéphilie pour nous livrer un film mature, sensible et drôle à la fois.

Merci donc à Quentin Tarantino pour ce nouvel opus, c'est un profond respect pour son public et c'est une preuve très classe de son immense talent.


La piste aux Lapins :






Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page