top of page

Immortels

De: Tarsem Singh



Avec "Immortels", Tarsem Singh peut donner libre cours à son talent visuel déjà brillant dans "the cell" et "the fall", puisqu'il donne aux Dieux grecs un look et une esthétique très particulière et très classe, sans oublier des décors somptueux pour cette épopée adaptée du jeu vidéo "gods of war".


Alors est-ce suffisant ?


On a reproché à Tarsem Singh de livrer de superbes livres d'images sans contenu. Elevé à la même sauce que Zack Snyder ou David Fincher, à savoir le clip avant de passer au septième art, Singh a les mêmes défauts que Snyder sans les qualités de Fincher.


Fincher sait s'entourer de scénaristes chevronnés et s'intéresse à des sujets variés et travaillés. Il est aujourd'hui l'un des maitres du cinéma hollywoodien.


Snyder lui est un bon faiseur mais il ne faut surtout pas qu'il écrive son scénario, son "sucker punch" sorti cette année était une débauche visuelle donnant vraiment envie de vomir et m'ayant quasiment tué d'ennui.


Concernant Singh, disons que son "Immortels" est moins con que "300" de Zack Snyder justement. Et que son film dispose d'une histoire plus lisible et compréhensible que son précédent film, "the fall", que j'avais beaucoup aimé pour sa beauté plastique et sa poésie mais dont les personnages manquaient de relief au milieu d'une histoire fouillie.


Alors que les détracteurs se rassurent, l'histoire est assez débile et n'a pas grand chose à voir avec la mythologie grecque. Les puristes auront des arrêts cardiaques. Mais disons que ça se suit.

Henry Cavill, tout frais sorti de la série "the tudors", est crédible, très crédible même. Sachant qu'il sera le prochain superman de Zack Snyder (vous voyez un lien ?), je ne me fais aucun souci pour sa carrière. Il joue bien, il a pris du muscle, il est super beau, c'est lui qui tire son épingle du film. Tout comme Luke Evans qui incarne un Zeus convaincant et se trouve d'ailleurs au générique de pas mal de films en ce moment.

Le problème c'est que les autres personnages n'ont aucune histoire, aucun caractère, et que si l'esthétique est somptueuse, on finit par voir défiler le film comme un jeu de plateaux. Comme Tarsem Singh est plus fin que Snyder, l’écœurement visuel ne vient pas. Et comme son film est condensé, on ne s'ennuit pas. On contemple des tableaux.


Mais quel dommage ! Le même agacement qu'en ayant vu "the fall". Ce type est brillant mais il lui manque un scénariste et un sujet intéressant. Il n'a pas l'envergure de certains cinéastes qui dirigent l'ensemble de ces axes pour réaliser des oeuvres fortes. Mais il est en revanche unique en son genre pour son imagination propre, ses décors et costumes sont superbes.


Alors faut-il désespérer de voir Tarsem Singh réussir un jour un film sur tous les aspects ? Son prochain, "Mirror mirror" sera une parodie de Blanche Neige avec Julia Roberts en Reine. Et il ne maitrise pas le scénario. Le suivant sera une enquête dans une ville du XIXème siècle habitée par des fées prostituées et des dealers vampires. A chaque fois son talent s'exprimera mais tant qu'il n' y aura pas une histoire, ses films seront juste des divertissements frustrants.


Je ne vous déconseille pas le film. C'est un film bourrin, à l'iconographie très gay, mais à l'image léchée. Pas désagréable à voir mais oubliable assez rapidement car on va au cinéma aussi pour des histoires.

La piste aux Lapins :















































































0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Shame

Comments


bottom of page