top of page

Freud, passions secrètes

De: John Huston avec Montgomery Clift



"Freud, passions secrètes" s'intéresse à la jeunesse du père de la psychanalyse.

J'ai cherché ce film durant de nombreuses années avant de pouvoir enfin le visionner. En effet, le thème était passionnant et a donné d'autres chefs d’œuvre ("la maison du docteur Edwards" d'Alfred Hitchcock ou bien "Soudain l'été dernier" de Joseph L. Mankiewicz). L'acteur principal, Montgomery Clift, est un acteur culte au destin tragique et John Huston est l'un de mes réalisateurs préférés, capable de tourner avec brio du Tennessee Williams ("la nuit de l'iguane"), du polar bien noir ("le faucon maltais", "Quand la ville dort", "Key Largo") ou comique ("l'honneur des Prizzi"), de la grande aventure fun ("l'homme qui voulut être roi"), du western classique ("le vent de la plaine") ou complètement barré ("Juge et hors-la loi"), un film médiéval en lévitation ("Promenade avec l'amour et la mort"), et plein d'autres chefs d'oeuvre, "Reflets dans un oeil d'or", "Moulin Rouge", "la charge victorieuse", "Le trésor de la Sierra Madre", "Les désaxés", "Fat City", "Le malin"...Une liste très impressionnante et bigarrée mais une carrière immense.


C'est donc l'un des derniers films de John Huston que je n'avais pas vu et j'ai pris une sacrée claque...


Sigmund Freud cherche à valider une théorie, sa théorie, à savoir que la sexualité est à l'origine de la plupart des traumas et que les enfants peuvent avoir des pulsions ou instincts sexuels avant même de savoir ce que c'est. Vous imaginez le scandale à l'époque...Toute l'histoire est donc basée sur l'évolution des théories de Freud. Il commence par faire parler les patients sous hypnose avant d'inventer progressivement les séances de thérapie, avec des personnes éveillées.


Jean Paul Sartre signe le scénario du film, donnant au spectateur un rôle de complice des recherches de Sigmund Freud. En effet, le personnage y explore non seulement l'identité de ses patients mais également la sienne, à travers ses propres rêves. On est donc immergés dans l'histoire personnelle de Freud. L'imagerie qu'utilise Huston pour décrire ces rêves est particulière, insérant de nombreux symboles dans un visuel plus ou moins réaliste mais toujours angoissant puisqu'il s'agit de trouver l'origine de névroses.


Ainsi le film constitue une vaste enquête de Freud dans le subconscient de ses patients. Au cours de ces études, on va voir apparaitre la guérison, le transfert du patient vers son médecin, l'interprétation des rêves, les symptômes physiques de troubles "mentaux" comme la schizophrénie. Cette recherche à tâtons d'une théorie révolutionnaire est tout simplement passionnante et loin d'être rébarbative. En effet, John Huston utilise le mécanisme du thriller pour nous captiver. La démarche empirique du personnage nous donne l'impression de tester avec Freud ses postulats puis de les valider ou de les rejeter en fonction des analyses des patients. L'aboutissement de sa théorie est celle de cette chasse aux trésors dans le subconscient...


Enfin, l'une des grandes forces du film réside dans l'empathie que l'on ressent avec le personnage, ce dernier ayant les traits et le regard si troublants de Montgomery Clift. Alors que le tournage s'est très mal passé entre un Huston fort en gueule et un Montgomery Clift dépressif et fragile (c'était son avant dernier film), le résultat n'en subit aucune conséquence. Bien au contraire, Clift est parfait dans le rôle de Sigmund Freud et fait re-vivre un individu torturé, curieux, lucide, tenace dont l'imagerie populaire est d'habitude froide et distante.

Je ne sais si c'est un chef d’œuvre mais c'est en tout cas un grand film.


Pour la petite histoire, Elisabeth Taylor réussit à convaincre son meilleur ami, Montgomery Clift, de re-tourner plus tard avec John Huston pour interpréter un personnage homosexuel extrêmement troublé, proche de l'individu brisé qu'il était. Hélas Clift décéda avant le début du tournage et ce fut Marlon Brando qui le remplaça. Ce dernier fut excellent dans ce contre-emploi et le film un autre chef d’œuvre du grand John. Il s'appelle "Reflets dans un oeil d'or", courez le visionner ainsi que ce "Freud, passions secrètes"...tous deux ont en commun cette exploration psychologique de personnages...et puis tant que vous y êtes, regardez tous les films cités au début. Car le talent brut y coule à flots !


La piste aux Lapins :



















Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page