top of page

Vice Versa

De: Pete Doctor



Cela fait de nombreuses années que Pixar ne nous émerveille plus, jouant sur des suites inférieures à leurs succès passés, si l'on met à part "Toy Story 3".


Or tout ce qui a fait du studio un électron libre résidait dans l'originalité de ses scénari, l'inventivité créatrice de ces concepts et l'approche du public à la fois adulte et tournée vers les enfants, chacun y trouvant son compte. Cet universalisme bluffait bien souvent car il ne sacrifiait pas la qualité artistique du résultat à l'exigence de ses histoires, abordant des thèmes novateurs pour l'animation, et ne se contentant pas d'innover techniquement.


Alors forcément, "Vice Versa" fait du bien. L'idée fait penser à "Il était une fois la vie", série animée des années 80, avec une touche bien personnelle. On va donc suivre les émotions d'une petite-fille, que sont Joie, Tristesse, Peur, Colère et Dégoût. Le début du film est très drôle comme au meilleur de Monstres et Compagnie avec ces personnages hauts en couleur et l’interaction de leurs fonctions stéréotypées avec les agissements de l'enfant. Mais tout le talent des magiciens de Pixar et de nous montrer l'évolution du personnage, de voir la petite fille grandir au grès des aventures de Joie et Tristesse, expliquant comment les sentiments vont se complexifier et interagir entre eux. Le long métrage regorge de très bonnes idées et de personnages attachants comme l'ami imaginaire.


Et puis comme souvent, Pete Doctor n'hésite pas à distiller de la mélancolie au milieu d'un film pour enfants voire même parler de dépression chez une gamine, sujet pour le coup jamais abordé dans un film d'animation. Sur cet aspect, "Vice Versa" frappe fort car expliquer la construction d'une identité et le mode opératoire de la sélection des souvenirs pour y arriver, relève d'un sacré défi ! Tout en restant ludique...


J'ai juste eu un petit sentiment de déception dû probablement à deux facteurs. Le premier réside dans les personnages et les situations plus enfantines que d'autres Pixar comme "Là Haut" ou "Wall E"...le second est lié à la longueur du périple de Joie et Tristesse dans le Cortex de l'enfant. En effet, les liens entre l'environnement de la petite fille et son intérieur sont peut être moins fréquents, laissant passer une baisse de rythme du film, qui avait débuté très fort. Cependant ce serait bouder son plaisir que de ne pas reconnaitre que "Vice Versa" est une belle réussite du studio, à voir sans hésitation car ils sont de retour et en grande forme ! Tant visuellement qu'en terme d'émotions mêlées, le film fait mouche à bien des égards dans ce récit initiatique de l'intérieur.


La piste aux lapins :










1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page