top of page

The Voices

De: Marjane Satrapi



Marjane Satrapi a tourné la page de "Persepolis" et de l'animation pure. Son "Poulet aux Prunes" s'est ramassé à sa sortie, ce qui est dommage car le film avait de grandes qualités. En revanche "La bande des Jotas", sorti en 2014 s'est encore plus vautré. Bon le budget était mince donc pas trop grave pour elle.


Avec "The Voices", elle adapte un scénario échoué sur la black list, cette fameuse liste de scénarios excellents n'ayant pas encore trouvé de producteurs.

Et c'est vrai que pour le coup, "The voices" est un film original.


Ryan Reynolds y joue un garçon très perturbé et psychopathe qui entend des voix, notamment son chien et son chat, l'un prônant la paix et l'autre le meurtre.

L'histoire permet donc de rentrer dans la tête d'un dangereux serial killer éminemment sympathique car inconscient du mal qu'il fait. Le film est un petit peu gore et complétement décalé dans son humour cynique, qui moque les relations au travail et leurs apparences pour mieux les déchirer à coups de couteaux.


Ceci est filmé de façon très imagée avec des couleurs vives et chatoyantes, un rose bonbon gentil tout plein et un anti-héro donc très naïf et hors du contrôle de son esprit malade. Les scènes sont donc plutôt comiques et jouissives jusqu'au final assez barré.

La vision de la schizophrénie est inédite et joyeuse car vue du personnage, qui lui même voit un monde magnifié et doux autour de lui.


Le passage de Marjane Satrapi par la Bd est évidemment en plus déterminant pour le film puisqu'elle a le sens de l'image forte et d'un imaginaire résumant de façon purement visuelle tout un tas de sentiments. Ryan Reynolds trouve un rôle qui enfin nous montre qu'il est un bon acteur, subtil.


Quand l'inventivité et l'audace arrivent à surprendre, on ne peut qu'être ravis du résultat.


La piste aux lapins :








1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page