top of page

Superman, Man of Steel

De: Zack Snyder



Après le reboot raté de Bryan Singer en 2006, la Warner cherchait à faire renaitre l'un des plus vieux super héros en se basant sur une recette proche de Batman Begins. Christopher Nolan fut donc chargé de co-écrire le scenar avec David Goyer, son scénariste de la trilogie The dark knight, et de co-produire.

On sent bien entendu la noirceur et le récit plus adulte derrière le long métrage. Mais il était à craindre que le réalisateur choisi, Zack Snyder, fasse un peu n'importe quoi. Si il a réussi "The watchmen", les ralentis excessifs de "300" et l'aspect jeu video régressif et écoeurant de "Sucker punch" m'avaient bien refroidi.

Fort heureusement, Snyder abandonne une bonne partie de ses tics de mise en scène et donne le temps au héros de se dévoiler, par flashs blacks plutôt malins. Il est alien mais humain de coeur...c'est beau et niais mais c'est un peu l'histoire depuis toujours... Les personnages sont plutôt réussi, de Michael Shannon en général Zod brutal mais avec une conviction et une mission à Superman, campé à la perfection par Henri Cavill.


La longue introduction Sf se déroulant sur la planète krypton en fout plein les yeux. Surtout, en expliquant soigneusement d'où vient le héros et pourquoi, le film arrive à ne pas rendre ridicule un type en moules burnes et cape rouge. Et puis le long métrage prend plus des allures de film d'invasion extraterresttre, ce qui n'est pas sans donner une certaine saveur à l'ensemble.

Le problème dans ce genre de film, c'est qu'il faut claquer le budget et pour le coup le nombre d'immeubles détruits finit par lasser, un peu comme dans Avengers, si ce n'est que le scénar du film Marvel était vraiment nul. Ici rien d'exceptionnel, rassurez vous...

Il y a quelques clichés attendus, le sens du sacrifice, au moins trois fois, le chien noir qu'on sauve, bon il n'y a pas le noir sympa meilleur pote puisque sur krypton, il n'y a que des blancs. Mais quand même, deux trois scènes sont suffisamment involontairement risibles pour qu'elles plombent une part du sérieux choisi pour l'ensemble. Car oui, il n'y a pas de vannes douteuses dans Man of steel et vous savez quoi ? Ca fait du bien!! Cette manie des blockbusters aux personnages funs est parfois pénible. Dans Indiana Jones et Die Hard c'était sympa...dans les années 80...Ici, on ne rigole pas et Nolan n'est pas connu pour cela. Bref, superman of steel est loin d'être mémorable mais il remplit son cahier des charges et pose un univers crédible dans lequel Superman et d'autres héros Dc Comics pourront évoluer. En ceci le pari est réussi. Après, je préférerai toujours l'homme chauve souris, moins lisse que ce dieu americain aux dents ultra bright.


La piste aux lapins :



La piste aux Lapins :




































































































































































































































Terrence Malick

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page