top of page

"Stoker

De: Park Chan Wook




Sur un scénario de Wentworth Miller (celui de Prison break, oui, oui!), le maitre coéren à l'origine des brillants Sympathy for Mister Vengeance ou Old Boy, passe donc à Hollywood pour son premier long américain.

Le film ne fait visiblement pas l'unanimité. Pourtant, dès les premières images, le génial réalisateur marque sa présence par un style qui a du chien, avec une violence tapie prête à bondir à tout moment.


Ce qui marque c'est bien cette mise en scène de très haute volée au service d'un seul but, la tension et le mystère qui entoure cet oncle pervers qui vient habiter chez sa belle soeur et sa nièce à la mort de son frère. Matthew Goode était un choix parfait, avec son beau visage au sourire énigmatique et son allure de dandy. Nicole Kidman a certes droit à une scène très Oscar "regardez comme je joue face à la caméra" mais c'est un peu la rançon du succès.


A force de la voir exceller, ses prestations sont encore plus regardées de près et on en oublierait presque le niveau qu'a atteint l'actrice depuis 15 ans. Bon en revanche niveau botox, ça se voit....son visage est un peu trop de cire et c'est bien dommage. Quant à Mia Wasikowska, elle confirme qu'elle est l'une des actrices indispensables du moment. A seulement 23 ans, sa carrière est déjà bien remplie car elle fait des choix exigeants.


Le trio d'acteurs est donc parfait et peut se mouvoir avec aisance dans ce superbe écrin stylistique que Park Chan Wook semble dédier au Maitre Alfred Hitchcock. On est toujours en plein suspens, on fleurte joyeusement avec l'immoralité des personnages et surtout, on y prend du plaisir, un plaisir coupable, celui de voir une histoire sombre se dérouler devant nous avec classe.


Park Chan Wook prend dès la première scène un parti pris. Il filme le parcours d'une araignée et dès lors nous incite à tout regarder de très près, maintenant une tension lorsqu'il n'y a rien qui se passe scénaristiquement à l'écran. La perfection de cette mise en scène est bouleversée parfois par des cadrages un peu particuliers ou inhabituels, comme pour montrer que cette maison familiale n'est pas un refuge, que le mal est à l'intérieur. L'atmosphère se fait alors ambiguë, perverse et envoûtante à la fois. La sensualité de certaines scènes s'explique par la thématique à peine voilée du film, celui d'une adolescente qui découvre le désir, le sexe et qui passe à l'âge adulte, de façon certes particulière.

Je ne suis donc nullement déçu par ce film que j'attendais depuis trois ans et qui se trouve comme prévu être une réussite et l'un des longs métrages à ne surtout pas louper cette année.

La piste aux Lapins :


























































































1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page