top of page

Sound of metal

De: Darius Marder


Ruben et Lou, ensemble à la ville comme à la scène, sillonnent les Etats-Unis entre deux concerts. Un soir, Ruben est gêné par des acouphènes, et un médecin lui annonce qu'il sera bientôt sourd. Désemparé, et face à ses vieux démons, Ruben va devoir prendre une décision qui changera sa vie à jamais.


"Sound of metal" est porté par l’excellent Riz Ahmed, vu dans Night call, Star wars Rogue One, la série the Night Of, ou Les frères Sisters de Jacques Audiard.


Ici sa frêle silhouette de petit mec énervé va se confronter au mur du silence comme un coup d'arrêt immédiat à une vie, des rêves, une fuite en avant que le personnage orchestrait avec sa copine. Ils étaient restés adolescents et sentaient une liberté mais aussi un stress, celui de ne pas savoir vers où ils allaient. Ce mélange d'inconnu et de kif pour une musique et un art qu'ils adorent, se trouve stoppé net.


Privé de l'audition, de ce qui créait ses plaisirs, son repère au monde et guidait sa passion, le personnage voit alors tout se dérober sous ses pieds.


Dès lors que faire ? L'immersion de ce dernier dans une communauté de sourds muets va alors lui permettre de retrouver l'espoir et surtout de reconstruire un monde, des liens sociaux. Le film est à la fois très rude par la violence de ce qui arrive et cette cassure à laquelle n'importe qui peut s'identifier.


Mais il est aussi porté d'une lucidité sans pathos, et avec de la lumière malgré out, juste que ce n’est pas celle qu'aurait souhaitée le personnage, c'est un chemin imposé.


Le réalisateur, Darius Marder, dont c'est le premier film de fiction à 48 ans, décide de nous immerger dans ce monde du silence en usant des bruits, des sonorités telles que le personnage les perçoit dorénavant puis en nous faisant écouter le vrai son par les personnages extérieurs. Ceci donne au récit une dimension très particulière et au delà d'une excellente direction artistique et d'une direction d'acteur là aussi brillante, le film provoque un sentiment très étrange.


On est pendant deux heures aux côtés de ce jeune homme qui se bat pour ne pas perdre un monde dont il a été expulsé du jour au lendemain pour toujours. Son combat est très émouvant et encore une fois très sobre, pas de mélo. Mais surtout le film provoque à plusieurs reprises une émotion que je n'ai jamais ressentie de la sorte auparavant grâce au thème et au traitement de ce dernier.


Rares sont les films qui allient aussi bien le fond de leur propos et la forme.


Un des grands films de 2021 assurément.


La piste aux Lapins :







1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Teddy

A sun

Comments


bottom of page