top of page

Seule la terre

Dernière mise à jour : 12 janv. 2023

De: Francis Lee



Pour cette histoire d'amour homosexuelle en plein Yorkshire, Francis Lee aurait pu tomber dans le méga cliché et nous pondre un "amour est dans le près" agaçant.

Il n'en n'est rien car son choix de mise en scène est âpre, filmant la rudesse de la vie rurale et d'un quotidien de labeur. Il donne aux personnages de cette famille une agressivité liée à la pauvreté qu'ils tirent de leur vie harassante, où il n'y a pas de place pour la tendresse et les sentiments. Ce côté autiste est assez surprenant mais compréhensible.


L'arrivée d'un travailleur roumain pour soulager leur quotidien va bouleverser la vie de Johnny, qui ne vivait son homosexualité que bestialement à de rares occasions. Il va découvrir pour la première fois le sentiment amoureux et la bienveillance.


Sa grand-mère et son père ne lui donnent que réprimandes et aucun amour. Il vit seul et reclus sur lui-même. Il se saoule dès qu'il peut afin d'oublier l'enfer d'un quotidien où il n'a aucun avenir et la responsabilité de faire survivre une exploitation agricole obsolète.


Francis Lee fait donc murir cette histoire comme un apprivoisement d'un animal farouche et blessé par un garçon lumineux. Ceci manque peut être de réalisme mais c'est une très belle histoire, émouvante à plus d'un titre. On pense évidemment au cinéma social britannique dans ce qu'il fait de meilleur, de façon simple et efficace.


Surtout, le réalisateur fait émerger un romantisme premier degré qui fait du bien. Son film va vers la luminosité avec une très belle fluidité.


Cette histoire d'éveil et de prise de conscience de soi, de l'autre, de la beauté de construire un couple est à la fois subtile et dénuée d'une quelconque niaiserie, ce qui rend le final d'autant plus émouvant.


La piste aux Lapins :






3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page