top of page

Blade Runner 2049

Dernière mise à jour : 12 janv. 2023

De: Denis Villeneuve



Denis Villeneuve est l'un des grands metteurs en scène du moment mais relever le défi de donner une suite à l'un des plus grands chefs d’œuvre de la SF était un pari ultra casse-gueule.


Ridley Scott ne s'est pas trompé mais il a surtout concocté avec le scénariste du film original, une histoire qui ne réédite pas du tout la précédente et se permet de prolonger le film précèdent. C'est sans doute la première grande force du film, celle de ne pas tomber dans le piège de l'univers si marquant du premier. On retrouve évidemment l'ambiance de villes polluées, où les voitures volent et les hologrammes publicitaires sont géants. Un élément a cependant disparu...les gens. Villeneuve s'attarde en effet peu sur cette population qui grouillait de partout dans Blade Runner car dans ce futur du futur, l'humain a quasiment disparu.


Et c'est en sortant de la ville et en nous montrant à voir des paysages d'une beauté froide et glaçante, d'une humanité qui est obligée de cultiver sous serres sur des étendues infinies, que le film prend son propre envol, sa propre indépendance par rapport à son écrasant ainé.

Denis Villeneuve prend alors le temps de dérouler son histoire, certains trouveront trop mais pas moi. Je n'ai pas vu le temps passer tout simplement parceque la mise en scène est fluide mais que l'interprète principal, Ryan Gosling, est tout de même très fort lorsqu'il s'agit de jouer les taiseux.

L'histoire casse les a priori qu'on peut se faire en connaissant le film d'origine et surtout s'avère émouvante car elle s'intéresse à ce qui fait que l'on est humain. On s'humanise en se trouvant un sens, un objectif à sa vie ...on a besoin de se sentir aimer et d'aimer en retour sinon pourquoi ? L'utilisation du personnage féminin holographique est une excellente idée, plus proche de Spielberg et d'AI que de Blade Runner mais non moins pertinente.

La thématique est aussi celle de l'humanisation face à la prise de conscience de l'immense solitude de l'humain face à la mort. Et c'est en cela que Blade Runner 2049 est un grand film. Sa thématique est différente de l'original et complémentaire.


Le seul problème est qu'elle ne se révèle pas facilement, l'émotion étant plus contenue que dans le premier film. Harrison Ford est très bon et son rôle ne fait pas figure de justification scénaristique. Seul le personnage de Jared Leto est un peu sous utilisé.

Denis Villeneuve utilise des décors en dur au maximum et use des effets spéciaux de façon intelligente, sans en foutre plein la vue et réussit à créer une identité visuelle aussi forte que l'original et pourtant différente.


Son film est contemplatif par moment mais ne se perd jamais dans une narration complexe, chaque scène étant justifiée malgré la durée du film.


"Blade Runner 2049" est une grande dystopie, une histoire dépressive et triste mais tellement réussie. Le film manque peut être du lyrisme qui le ferait accéder au niveau du premier mais il a une qualité énorme pour ce genre d'entreprise, l'humilité.


La piste aux Lapins :









Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page