top of page

Onoda, 10 000 nuits dans la jungle

De: Arthur Harari



Le pitch : Fin 1944. Le Japon est en train de perdre la guerre. Sur ordre du mystérieux Major Taniguchi, le jeune Hiroo Onoda est envoyé sur une île des Philippines juste avant le débarquement américain. La poignée de soldats qu'il entraîne dans la jungle découvre bientôt la doctrine inconnue qui va les lier à cet homme : la Guerre Secrète. Pour l'Empire, la guerre est sur le point de finir. Pour Onoda, elle s'achèvera 10 000 nuits plus tard.


Je ne connaissais pas cette histoire vraie de ce soldat japonais resté 30 ans sur une ile des philippines, dans la jungle, pensant assurer la résistance en attendant que ses supérieurs lui donnent un signe.


L'histoire est tout bonnement fascinante tellement on reste incrédule devant la perte de repère au temps et la capacité des personnages (Onoda et 3 soldats fidèles) à se couper du monde en versant dans la méfiance de la manipulation des gens civilisés des villages. Ils vont s'isoler et vivre en autarcie, toujours sur le qui vive, et même tuer des innocents pensant toujours être en guerre.

On peut se dire que les personnages sont fous mais justement, hormis l'autopersuasion qui les incite à poursuivre le maquis sans se poser de questions, qui est en soit un peu dingue, le réalisateur Arthur Harari ne cherche absolument pas à tomber la facilité de ce type d'explication.


C'est aussi que le lieutenant Onoda est sorti de cet enfer vert à 52 ans, puis a vécu jusqu'à 94 ans, a construit une seconde vie et a décrit dans une autobiograpophie les multiples détails de cette vie d'ascète qu'il détaillait dans des livrets. Il n'était donc pas fou mais formé comme une élite du guerriers solitaires et silencieux et a cru en la résilience de l'armée de son pays. On est scotché par ce patriotisme comme seul horizon, pour ces jeunes hommes qui n'ont quasi pas connu de femmes avant de s'auto-enfermer dans ce délire qui n'en n'était pas un pour eux.


La réalisation est fluide et Arthur Harari arrive à ne pas créer de longueurs malgré les 2h48 du long métrage ! Pour ma part, j'ai trouvé çà un peu long non que ça ne se finissait pas, le film est passionnant, mais j'aime la concision et les films de 3h demandent un certain effort qui coupera radicalement une partie du public. Un format resserré de 2h10 aurait permis probablement au film de rester plus longtemps à l'affiche et de ne pas rebuter certains.


L'expérience de voir ce film Onoda est cependant vraiment une chose à faire. Le film n'est pas cataloguable, à la fois lyrique et avec des plans très resserrés, à la fois long de par sa durée et parsemé d'aventures, métaphysique et brillant.

Un excellent film.


La piste aux Lapins :




1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Teddy

A sun

コメント


bottom of page