top of page

Mia Madre

De: Mia Madre


Quinze ans après sa palme d'or pour "La Chambre du fils", Nanni Moretti signe son film le plus émouvant et peut être bien son meilleur film, tout simplement.


Margherita est réalisatrice, elle tourne son nouveau film, social dont l'un des rôles sera tenu par un célèbre acteur américain, joué par John Turturro. Mais sa mère est hospitalisée. Avec son frère, joué par Moretti lui-même, ils tentent de gérer le quotidien de leur mère, lui s'étant mis en disponibilité pour s'occuper d'elle et Margherita essayant de gérer sa mère, son plateau, son ex et sa fille adolescente.


On sent dans ce récit de l'accompagnement d'une mère vers la fin, beaucoup de l'histoire personnelle de Nanni Moretti et du décès de sa propre mère. Mais en choisissant de faire de la fille une réalisatrice, il prend un certain recul par rapport à son histoire. Il nous raconte ainsi cette séparation par la mort avec un regard bienveillant et moqueur par rapport à lui-même, à ses obsessions professionnelles. Surtout on y voit un superbe hommage à sa mère à travers les yeux des autres. La pudeur du récit force le respect, le film ne tombe à aucun moment dans le pathos, toujours avec un ton juste.


L'actrice principale, Margherita Buy, incarne cette femme de 50 ans tout en nuances. Dévorée par les doutes ou la peine, elle est de quasiment tous les plans et elle crève l'écran.

Le rapport de chacun des enfants à cette mère, ex professeur, qui aime la vie et s'avère curieuse de tout, ne pourra que vous émouvoir. Le film est d'une grande sobriété, parfois il est même très drôle et burlesque grâce aux scènes de Turturro.


Nanni Moretti sait si bien nous cueillir avec des situations simples, dans lesquelles chacun peut se reconnaitre, qu'il nous livre un film vraiment bouleversant. C'est un film pour dire adieu à sa mère, accepter l'inéluctable, pour une femme qui a vécu, fait son temps et que la vieillesse et la mort rattrapent comme elle rattrapera tout le monde. En soit, le film est assez tendre et préfère montrer les lueurs de vie que de tomber dans le morbide. Le fait que le film soit solaire accentue bien évidemment l'émotion générale. Mais il ne s'arrête pas là et parle de son Italie à lui, comme dans toute sa filmographie, et toujours avec un petit regard cynique et distancié.


Chose inhabituelle il me semble, Moretti use des rêves ou de la figuration des pensées pour décrire les angoisses ou des souvenirs, et c'est plutôt très réussi. Ce procédé facilite la mise en abime de l'intériorité du personnage principal.


"Mia Madre" est émouvant, drôle, social et marquera la filmographie de Nanni Moretti. C'est aussi l'un des plus beaux films de 2016.


La piste aux lapins :











2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page