top of page

"Matrix Resurrections"

De: Lana Wachowski



Il est toujours casse gueule de reprendre une franchise presque 20 ans après. Pourtant Lana Wachowski a décidé de le faire sans sa sœur et sur un des hits de SF les plus emblématiques des années 2000, à l'époque où elles étaient frères.

Autant j'avais beaucoup aimé Matrix pour son côté révolutionnaire en termes d'effets spéciaux autant les deux suites m'avaient gonflées car je e comprenait rien à l'histoire qui se perdait dans des circonvolutions inutiles.


"Matrix Resurrections" a d'abord l'humour de se moquer de la propre saga Matrix mais aussi sur le fait de faire des suites et des reboots à Hollywood dans des scènes particulièrement drôles et surprenantes au début du film. On commence donc par un film méta qui regarde dans son propre miroir et la raison de faire une suite avec un humour qui faisait particulièrement défaut aux prédécesseurs.


Et là on comprend que Lana Wachowski ne revient pas pour le fric, pas du tout. Elle revient avec l'envie de réer de la nostalgie chez le spectateur tout en le ramenant dans la matrice via des scènes brillamment réalisées. Évidemment vous n'aurez pas l'effet de surprise et elle le sait et axe donc une bonne partie de l'histoire sur des dialogues, des climax, des jeux de dupes distrayant et intelligents. Elle fait évidemment du fan service en raccrochant tous les wagons et en expliquant les liens mais c'est léger et surtout, le film est terriblement fun, comme le premier du nom, et c'est le plus bel hommage qu'elle pouvait apporter.


Les nouveaux personnages introduits sont très bien écrits et utiles à l'histoire. On s'y attache, mention particulière à Buggs (rapport aux bugs et à Buggs Bunny.


Au delà de la virtuosité de la mise en scène que la réalisatrice n'a pas perdu, on est pris d'émotion par le retour de Carrie Anne-Moss et Keenu Reeves, excellents de classe et d'autodérision.

Le plus fascinant dans "Matrix Resurrections" est cette capacité à divertir tout en faisant réfléchir le spectateur sur la notion d’abrutissement par l'écran, les séries et tout le show produit aujourd'hui et qui au final rend le spectateur gavé de productions nouvelles comme les humains sont nourris par les machines pou qu'elles survivent elles-mêmes. Et sans cesse le film utilise des concepts de réalité qu'il introduit dans sans histoire pour les dénoncer à qui saura les déchiffrer, tel un code et tel que le font les personnages. C'est malin voir brillant dans un blockbuster. Ceci va jusque dans le fait de rire du "déjà vu" via un chat appelé ainsi, en montrant des images des précédents films et en montrant que la réalisatrice n'est pas dupe et ne prend pas ses spectateurs pour des idiots, bien au contraire.


C'est d'ailleurs tout l'amour et le respect de la réalisatrice pour son matériau et ses fans qui transpire au visionnage de ce film que je n'attendais pas aussi réussi et mature.

Moi qui ne suis pas particulièrement fan aveuglé des trois films précédents, j'ai tout compris car la réalisatrice prend soin de résumer, expliquer et virer tout ce qui était nébuleux dans les histoires précédentes. Inutile donc de revoir les trois films, vous comprendrez très aisément.

Et puis le film est émouvant en plus d'être drôle, ce que je n'avais pas ressenti avec les trois précédents films.


Le film est déconcertant, complexe sans être inaccessible, spectaculaire tout en ayant un charme fou. Une très grande réussite.


La piste aux Lapins :







Posts récents

Voir tout

Teddy

A sun

Comments


bottom of page