top of page

Loving

De: Jeff Nichols



Jeff Nichols, l'un des chouchous des critiques ces dernières années, revient avec un film d'un très grand classicisme sur une thématique qui sur le papier est intéressante. On y parle donc du couple mixte qui fit juger par la Cour suprême la validité du premier mariage entre un homme blanc et une femme noire dans l'Amérique ségrégationniste de 1958.


Bon, une fois qu'on a dit cela, il faut bien avouer que l'on a tout dit.


J'ai adoré "Mud" mais j'ai peur que ce film ne soit pas celui qui me réconciliera avec le reste de la filmographie du cinéaste. Bien au contraire. J'ai trouvé ennuyeux et surestimé tant son "Take shelter" que son "Midnight special" l'an dernier. Je ne trouve pas sa mise en scène particulièrement originale, elle est même beaucoup trop référencée et ses histoires font du surplace ou ne m'intéressent tout simplement pas, à part Mud donc.


Avec "Loving", je dirais que je ne me suis pas ennuyé, les acteurs sont bons, Nichols montre des gens simples qui ne demandent qu'à ce qu'on les laisse vivre tranquilles...ok...mais bon çà on le comprend tellement vite que lorsqu'au bout d'une heure, on réalise que le film va durer 2 h, et qu'il ne va probablement pas décoller et devenir passionnant, on se dit "merde, je suis coincé".

Alors certes, le film n'est pas mauvais, il ne tombe pas dans la facilité non plus, ni dans la caricature, c'est une belle histoire d'amour et de tolérance mais c'est juste chiant. Rien n'est original dans la mise en perspective des protagonistes et surtout tout est ultra attendu. Alors certes dans un Alien, on s'attend à ce que tout l'équipage y passe mais dans un film d'une mise en scène aussi plate, on se prend à rêver qu'un énorme monstre de l'espace débarque et bouffe tous ces méchants racistes qui sont très vilains.


Je n'ai pas été bouleversé par cette histoire. Je dois avoir un cœur de pierre ou alors j’attends un peu plus que la bande-annonce étalée sur 2 h. C'est lisse, çà manque de souffle, de rythme, d'enjeux, autour de personnages qui ne disent rien car ils n'ont rien à dire. Ils sont victimes de racisme mais çà ne rend pas leur histoire intéressante. Et çà ce n'est pas cliché.

Je suis un peu dur, le film se regarde mais bon il y a tellement de films qui sortent dans une année...qu'on peut se passer de celui là.


La piste aux lapins :



























































































































































































































































Terrence Malick

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

コメント


bottom of page