top of page

Le sommet des Dieux

De: Patrick Imbert


Le pitch : A Katmandou, le reporter japonais Fukamachi croit reconnaître Habu Jôji, cet alpiniste que l'on pensait disparu depuis des années. Il semble tenir entre ses mains un appareil photo qui pourrait changer l’histoire de l’alpinisme. Et si George Mallory et Andrew Irvine étaient les premiers hommes à avoir atteint le sommet de l’Everest, le 8 juin 1924 ? Seul le petit Kodak Vest Pocket avec lequel ils devaient se photographier sur le toit du monde pourrait livrer la vérité. 70 ans plus tard, pour tenter de résoudre ce mystère, Fukamachi se lance sur les traces de Habu. Il découvre un monde de passionnés assoiffés de conquêtes impossibles et décide de l’accompagner jusqu’au voyage ultime vers le sommet des dieux.


Quelle idée gonflée pour un réalisateur français que d'adapter un manga culte de Jirô Taniguchi, auteur de "Quartier lointain", "L'homme qui marche" ou "Le journal de mon père".

"Le sommet des Dieux" fait partie de ces œuvres fascinantes de simplicité et de beauté et la première force du film est de synthétiser 1000 pages de mangas en 1h30 et de garder toute l’essence de l’œuvre pour la rendre accessible au plus grand nombre.


L'animation est tout d'abord fidèle au roman graphique et d'une grande fluidité, permettant de toucher du doigt toute la poésie de ces aventuriers limite nihilistes qui se dépassent pour gravir des sommets quitte à y mourir et qui le font pour l'ivresse du dépassement, pour s'extirper de leur propre vie vers un idéal à la fois fascinant et qui les surpasse.


"Le sommet des Dieux" parle de l'humilité de l'homme face à la nature et se mue en réflexion philosophique sans jamais tomber dans le démonstratif ou l'explication de texte.

Patrick Imbert insuffle un rythme, un suspens qui vous prend aux tripes et vous balance une décharge d'humanité qui fait un bien fou.


La profondeur des thèmes et leur extrême pudeur font de cette adaptation l'un des grands films de 2021.


Arriver à capter le gigantisme des paysages, le danger qui se dérobe sous les pieds, le vertige des risques pris, juste avec des dessins. C'est un tour de force très très respectable.

"Le Sommet des Dieux" allie un scénario et une narration intelligente, une illustration graphique fidèle et qui capte toute la réflexion sur de grandes questions existentielles, et se termine sur l'impression d'avoir vu un très grand film.


La piste aux Lapins :








0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Teddy

A sun

bottom of page