top of page

Au revoir là-haut

Dernière mise à jour : 12 janv. 2023

De: Albert Dupontel



Il est long le chemin qu'a parcouru ce déménageur devenu comique de stand up avant de devenir peu à peu, depuis Bernie, l'un des cinéastes respectés quoique toujours à la marge du cinéma français. Il faut dire que son amour du burlesque et des cartoon transpirait dans ses dernières réalisations, "9 mois fermes" lui ayant permis d'atteindre un succès critique et public au-delà de son cercle habituel de fidèles.


En adaptant le prix Goncourt de 2013, "Au revoir là-haut" de Pierre Lemaitre, Dupontel s'attaque à un plus gros projet en terme de budget mais aussi en adaptant pour la première fois l'histoire d'un autre. Le film en costumes peut souvent s'avérer balourd et ici le réalisateur réussit à filmer avec un plus grand soin, une image léchée faisant penser à "Un long dimanche de fiançailles". Mais là où le film de Jeunet était un peu chiant, celui de Dupontel est touchant. Touchant parceque son histoire de père et fils et d'éducation manquée est très belle mais aussi parceque ses interprètes sont tous excellents.


La révélation de "120 battements par minute", le jeune Nahuel Perez Biscayart, joue à merveille de son corps frêle et de ses yeux très expressifs un rôle pas facile car muet. Il donne à cette gueule cassée une dimension poétique portée par de superbes masques. Il est rare de voir l'après guerre et là où l'histoire se mêle parfaitement à l'univers de Dupontel c'est dans Dupontel bien sûr, qui apporte dans son personnage gauche sa dose d'humour et de délicatesse, d'humilité de l'homme du peuple dépassé par les évènements, toujours du côté des exclus, des gens qu'on ne considère même pas, anar comme on l'aime. Mais il le fait avec intelligence, par petites doses. Laurent Lafitte joue décidément les salauds merveilleux, Philippe Uchan, fidèle de Dupontel rajoute une dose perchée à l'ensemble.


Niels Arestrup est impérial dans le rôle de ce bourgeois solitaire qui a fait fortune toute sa vie et regrette au seuil de sa mort d'avoir raté son fils, la beauté de ce qu'il exprimait, à savoir l'inverse de lui, l'art plutôt que l'argent, l'imaginaire plutôt que le concret.

"Au revoir là-haut" est un bijou de créativité, mêle poésie, tragédie et aventure tout en restant populaire. Certains seront déçus par la réalisation plus sage de Dupontel, moins épileptique, moins barrée. Mais le film demeure un récit picaresque de haute volée et l'un des meilleurs films de cette année.


La piste aux Lapins :












Posts récents

Voir tout
bottom of page