top of page

"A Beautiful Day - You Were Never Really Here"

Dernière mise à jour : 12 janv. 2023

De: Lynne Ramsay



Il est rare de sortir d'une séance de cinéma en se disant qu'on vient de visionner un chef d'oeuvre instantané. Et pourtant Lynne Ramsay, qui m'avait déjà impressionné il y a 7 ans avec "We need to talk about Kevin", vient de produire un chef d’œuvre, un vrai.


Avec cette histoire de vétéran tueur à gage, traumatisé par son passé, à la limite du suicide, hors sol, Lynne Ramsay donne à Joaquin Phoenix un de ses plus beaux rôles et il en a déjà eu de sacrément bons. Son prix d'interprétation à Cannes est une évidence tant il incarne avec puissance cette masse brutale et fragile, totalement perdu, déshumanisé par les horreurs de la guerre et le boulot d'effaceur, naviguant en eaux troubles, avec pour seul repère sa vieille maman qu'il aime.


Et un jour on lui propose de récupérer une adolescente prostituée de force dans un réseau pédophile car c'est la fille d'un sénateur. Et là, il va trouver un sens à son existence, une rédemption pour ses pêchés.


Le film est magistral du point de vue de la mise en scène, de la bande-son stridente et parfois mettant de gros coups de pression sur le suspens. La caméra épouse totalement cet ogre barbu dont on ne sait si il veut mourir ou rester ce fantôme de la mort qui assassine des gens sans aucun affect. Il est la figure désincarnée car sans âme, des laissés pour comptes de l'Amérique, de types de l'Amérique pauvre envoyés en Afghanistan, et laissés dans leur puit sans fond à leur retour du front.

Le rapport entre cet homme fracassé et cette enfant victime de l'ignominie des adultes, est d'une grande sensibilité, romantique et désenchanté. Et pourtant le film est parfois quasi muet, l'économie de dialogues se justifiant par leur inutilité. Tout est sur l'écran, Joaquin Phoenix crève l'écran.


"A Beautiful Day" aurait dû garder son très beau titre d'origine "You Were Never Really Here".

C'est un uppercut de cinéma, un très grand film qui deviendra un classique assurément. Courrez le voir ou ne prétendez pas "aimer" le cinéma. C'est l'un des deux films de l'année, avec "120 battements par minute".


La piste aux Lapins :






3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page