top of page

120 battements par minute

Dernière mise à jour : 12 janv. 2023

De: Robin Campillo



Le Grand Prix du dernier festival de Cannes, qui a bouleversé la Croisette sort enfin et c'est un film important.


La première réussite est la direction d'acteurs de Robin Campillo, qui a été membre d'Act Up et çà se sent profondément dans le détail des échanges entre les protagonistes. Le lieu récurrent est donc l’amphithéâtre dans lequel l'association d'activistes se réunissait chaque semaine afin de discuter des actions à mener pour sensibiliser l'opinion publique, faire de la prévention contre le VIH et bousculer l'état, les corps intermédiaires peu actifs et les laboratoires.


La justesse et le naturel du jeu des acteurs qui s'invectivent et discutent de fond est bluffante. Bien sûr l'histoire d'amour entre le très attachant personnage joué par Nahuel Perez Biscayart et le garçon plus en recul joué par Arnaud Valois, permet au film d'avoir une ossature et un fil directeur. Mais l’ensemble des acteurs donne corps à cette rage qu'avaient les militants de réveiller les consciences et de choquer le public endormi. D'ailleurs le film montre très bien des homos qui début des années 90 fustigeaient le comportement d'Act up car ceci les dérangeaient, leur faisait peur et ils préféraient se voiler la face et nier la réalité de l'épidémie. D'autres scènes montrent l'incrédulité des adolescents dans les lycées, l'irresponsabilité des adultes refusant de parler de sexe et de capotes quitte à mettre en danger la jeune génération. Act up dénonçait le retard considérable que les campagnes de préventions mirent à s'installer. On y voit même une homophobie violente de jeunes filles préférant considérer que c'était une maladie réservée aux Pd.

Robin Campillo nous fait revive ce parcours d'une bande dont la plupart étaient séropositifs, de leurs divergences d'opinions, de leur volonté d'agir et de combattre plutôt que de laisser la maladie s'installer et les emporter. A l'image de Nahuel Perez Biscayart, le film fonctionne comme une force portée par des êtres humains qui n'ont rien à perdre.


Le film est politique, romanesque, à la fois porté par l'espoir d'obtenir des avancées et l'immense tristesse face à la disparition de certains. Mêlant la joie de la gay pride ou de relations amoureuses, l'humour des activistes, la colère de leurs actions ou de leurs débats, "120 battements par minute" nous déchire aussi et nous tire des larmes lorsque le rideau tombe sur certains. Mais il le fait sans mélo, sans violons, juste porté par ce jeu encore excellent des protagonistes, dont la sincérité crève l'écran de réalisme.


Et puis le film a un scénario très bien construit, allant du collectif vers son couple de héros, de la force du groupe à la solitude face au déclin et c'est particulièrement fin dans la mise en abîmes.

"120 battements par minute" est parsemé de morts mais il respire le désir de vivre et c'est ce qui fait que c'est un très grand film. Il vibre de la palpitation de ses héros qui ne veulent pas se laisser aller au déterminisme d'une maladie dont certains se foutent car elle vise les Pd.

Le film est passionnant de part ce qu'il décrit de cette lutte, emballant par sa vigueur et l'énergie des personnages, très émouvant et il aurait mérité la palme d'Or.


Il restera l'un des plus beaux films de l'année, digne, fier, et bouleversant.


La piste aux Lapins :






3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page