top of page

X Men Days of future past

De: Bryan Singer



Bryan Singer avait réussi à faire passer de façon crédible les héros X-men du comic book au grand écran au cours des deux premiers longs métrages, qui figurent encore comme de très bons exemples de réussites d'adaptation en matière de comics. Hélas, parti sur d'autres projets, le troisième volet fut saccagé et ce n'est qu'il y'a trois ans que la franchise fut relancée avec Matthew Vaughn à la réalisation et Bryan Singer au scénario et à la production. "X-men le commencement" avait l'intelligence d'allier reboot et prequel en s'intéressant à la naissance de l'amitié entre les deux mutants opposés, le professeur X (James McAvoy) et Magento (Michael Fassbender). En pariant sur deux supers acteurs pour incarner ces personnages cultes étant jeunes, en travaillant un scénario mélé à une histoire dystopique des USA, en reliant le tout à la Shoa, en intégrant un casting jeune et frais, le film fut une réussite totale et l'un des meilleurs films de supers héros de ces dernières années.


Les X-men sont des héros attachants car ils sont calqués sur une minorité se battant pour ses droits, pour ne pas être exclus et exterminés pour leurs différences. "X-men days of future past" va jusqu'au bout de cette logique et frappe très fort tant en terme de scénario qu'en terme de mise en scène.


Le film est un blockbuster intelligent, complexe, très bien construit. Le film est sombre, ultra référencé seventies là où le précédent était sixties. Singer a eu la géniale idée de reprendre l'arc narratif de l'une des histoires les plus connues des X-men, où les vieux personnages, dans un futur apocalyptique où des robots tueurs exterminent les mutants, décident d'envoyer dans le passé Wolverine, retrouver dans les années 70 Xavier et Magnéto mais surtout, Mystique, afin de modifier le passé.


Le film aurait peu être incompréhensible par le nombre de personnages mais reste au contraire très fluide, avec des pointes d'humour qui déjà figuraient dans le précédent. Le film est surtout une suite parfaite à "X men le commencement", où nous retrouvons nos personnages quelques années après, le fauve (Nicholas Hoult), Mystique (Jennifer Lawrence) et les deux anciens amis.

Wolverine devient le personnage central qui réunit les deux générations et s'avère être la colonne vertébrale du film, avec des clins d’œils multiples à sa propre histoire. Mais surtout, Mystique devient l'enjeu principal des différents camps. L'objectif est de la sauver, de la ramener à la réalité car les trois protagonistes l'aiment, que ce soit le professeur X, Magneto ou le Fauve.

Le film est sombre, ultra référencé seventies là où le précédent était sixties, et surtout, les personnages sont attachants...


Le spectacle est là, du début à la fin et annonce un troisième volet en 2016 qui espérons le, atteindra le même degré d'exigence. Quand on respecte les fans à ce point et qu'on les prend pour des spectateurs intelligents aimant tout autant effets spéciaux excellents et intrigue finement élaborée, on ne peut que recevoir des louanges, et c'est le moindre des mérites.

La piste aux Lapins :































































































































































Terrence Malick

Posts récents

Voir tout
bottom of page