top of page

The double

De: Richard Ayoade



Quatre ans après le remarqué "Submarine", Richard Ayoade revient avec une adaptation du second livre de Dostoïevski, "Le double".

Le Jacob du livre s'appelle désormais Simon et l'histoire est transposée dans une société très kafkaïenne là où le livre se situe en Russie. C'est donc l'histoire d'un jeune homme timide, qui travaille pour une entreprise dirigée par un Général lointain et tout puissant. Simon est invisible, effacé et son travail n'est pas respecté. Il tombe amoureux d'une jeune femme, jouée par Mia Wasikowska, étrangère à son charme car de charme, il n'en n'a pas. Cette absence totale de charisme et de caractère va se confronter violemment à un autre jeune homme qui surgit dans son quotidien et dans son entreprise. Sauf que ce garçon est son double parfait. Personne ne semble se préoccuper ou se rendre compte qu'ils sont sosies. Au contraire, l'autre fait l'unanimité rapidement, il est enjoué, volontaire, drôle, roublard. Il se permet même de l'utiliser et de reprendre son travail à son compte, à plaire à sa place, à gravir les échelons à sa place, à être celui qu'il aurait pu être avec une autre personnalité, à prendre sa place.

La métaphore est non seulement filmée telle quelle mais avec des choix de mise en scène qui donnent au film une patine ressemblant fort à "Brazil" de Terry Gilliam, le non sens et la profonde depression de cet univers étant en effets très proches. Il y'a pire comme référence. Or Richard Ayoade ne se plante jamais dans ces emprunts donc Gilliam aurait du mal à rejeter l'héritage.


Jesse Eisenberg confirme quant à lui qu'il est l'un des plus talentueux acteurs parmi les trentenaires hollywoodiens. Son visage enfantin et naif peut tout aussi bien verser dans le cynisme qu'on décelait déjà dans "The social Network". Sa double partition est excellente car elle ne vire dans l'excès d'aucun des deux côtés. Elle est juste suffisante pour distinguer l'un de l'autre, les deux étant plutôt maitres de leurs expressions. Il appuie sur le bon détail du visage et des mouvements pour interpréter le falot ou le winner. L'un est plus gauche quand il marche. Le film tient sur ses frêles épaules.


"The double" est donc un film sur l'identité, la projection de l'être dans un "sur soit" nettoyé de ses scories, de ses défauts tellement encrés dans la personnalité qu'ils vous rattrapent. Le propos est celui de l'affirmation de soit face à la rudesse du monde du travail et de la vie en société tout simplement. L'enfer c'est les autres et les autres font rarement des cadeaux. Dès lors qu'est ce qui différencie un être avec une aura du même que l'on ne remarque pas. Quels codes plaisent au plus grand nombre et qu'est ce qui provoque le désintérêt ? Bien entendu, il s'agit d'une vision caricaturale, d'une fable sur un personnage qui n'a pas choisi spécialement de jouer le jeu de la représentation, qui a bien évidemment un caractère mais pas celui qui convient. Et qui ne sait pas se transformer d'agneau en loup.


L'utilisation de la bande son est également pertinente, car poussée dans les accès de violence uniquement entre violons stridents et envolées enflammées. Bien vu. Ou plutôt entendu.

Surréaliste et fantastique à la fois, l'oeuvre a quelques défauts bien sûr, dont un aspect pudding pour son accumulation et son rythme qui s'accélère de façon surprenante. Mais c'est justement cet aspect hors du temps qui m'a séduit aussi. Le film est visuellement très réussi, superbement interprété, angoissant et drôle à la fois, nihiliste et sombre, trop référencé parfois mais captivant.


La piste aux Lapins :












































































































































Terrence Malick

Posts récents

Voir tout

Commentaires


bottom of page