top of page

Quand on a 17 ans

De: André Téchiné



Le retour d'André Téchiné en aussi grande forme est réjouissant. Il signe avec "Quand on a 17 ans" son meilleur film depuis "Les témoins" sorti en 2007.


Le film s'intéresse aux rapports très conflictuels entre deux adolescents de 17 ans, qui vont évoluer tout au long de l'année scolaire et déboucher sur une histoire d'amour. Aux critiques qui demandent à Téchiné pourquoi il parle d'homosexualité encore une fois, il leur répond qu'"on voit assez d'histoires hétéros comme çà".


Mais surtout son film est une très belle histoire de découverte de son identité, plus réussie encore que "Les roseaux sauvages" sortis il y a 22 ans.


La scénariste Céline Sciamma, réalisatrice de Tomboy et Bande de filles, apporte une dimension supplémentaire aux thématiques habituelles de Téchiné. Elle décrit une adolescence d'aujourd'hui et c'est loin d'être évident d'en décrire les contours avec justesse. Téchiné montre ce qu'est une famille dans son quotidien, dans ses malheurs et ses petits bonheurs. Les classes sociales n'existent pas et il met tout le monde au même niveau, chacun s'entraidant sans se poser de questions. Le film en ressort d'autant plus humain sans tomber dans un quelconque angélisme.

Et puis surtout, il ne se focalise pas que sur le couple de jeunes hommes et donne à son film une respiration via les autres personnages, ceux des parents notamment. En donnant le rôle d'une mère moderne et fantasque à Sandrine Kiberlain, le réalisateur a vu très juste. En effet, cette dernière est parfaite tant dans le comique que la tristesse profonde. Elle est prodigieuse.

Le film ancre l'histoire dans deux contextes familiaux radicalement opposés. L'un vient de la montagne et de la campagne et l'autre de la ville mais cette fracture qui aurait pu s'avérer caricaturale, est au contraire propice à de très beaux moments, illustrant certains comportements lorsqu'un ado se cherche et veut se couper du monde, rester dans le sien.

Et puis cette bienveillance pour ses personnages illumine le film.


"Quand on a 17 ans" est frappé de la grâce des grands films. La simplicité avec lequel il traite de désirs, de violence, d'appartenance, de la peur de l'inconnu quand on a 17 ans, est tout simplement touchante. On y voit deux êtres qui n'ont pas franchi le cap de l'indépendance et n'ont pas conscience de la vie d'adulte, pas encore. Ils ont peur mais sont surs d'eux, ils pourraient déplacer ces montagnes puisque la vie est devant eux. C'est bateau comme affirmation et pourtant dans le film c'est juste très beau, attendrissant même.


Mais ce romanesque n'aurait pu être aussi réussi sans ses deux interprètes, Kacey Mottet Klein et Corentin Fila qu'on retrouvera très probablement.


Ce film plein de vie donne le sourire car il est moderne, subtil, solaire, simple et juste. Merci Monsieur Téchiné. Ceci fait un bien fou.


La piste aux lapins :



















































































































































































































































Terrence Malick

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page