top of page

Nocturama

De: Bertrand Bonello



Avec ce sujet éminemment casse gueule, Bertrand Bonello revient avec son meilleur film, encore plus abouti que son "Saint Laurent" et son "Apollonide".


Le film débute par un long ballet de jeunes gens dans les rues et le métro parisien. On pense forcément à Gus Van Sant et son Elephant, puisqu'on suit de manière silencieuse, sans aucun dialogue des personnages sur le point de faire quelque chose de grave. Et pourtant, ils ont des têtes de gamins, ils sont très jeunes. On les verrait plutôt aller en fac qu'aller poser une bombe. Le métro ou les rues sont d'ailleurs filmés sans effets de mise en scène particuliers, de façon ultra réaliste.


C'est juste le découpage et la synchronisation qui font de cette première partie, une mise en scène du pire assez fascinante par la banalité des intervenants et la confrontation au réel. On se dit que ce n'est pas possible, qu'une telle organisation n'est pas millimétrée à ce point par des post-adolescents ...et pourtant on réalise peu à peu et bien sur, on pense à tout ce qui est arrivé depuis dix-huit mois en France et en Belgique et on se dit que si, c'est possible et c'est très, très simple.

Bertrand Bonello fait ensuite s'enfermer les personnages dans un grand magasin afin de se faire discrets. Il n'explique pas pourquoi, à aucun moment. Il ne donne aucune indication non plus sur leur mobile. Il ne semble pas religieux. Les jeunes gens se mettent alors à dialoguer. On perçoit quelques ressentis contre la société mais rien de très clair. D'autant qu'ils sont eux-même fashion victimes, acteurs de ce monde consumériste et quelle belle idée que de leur offrir comme lieu de refuge un grand magasin dans lequel ils gouttent à tout avec frénésie. L'une des scènes montre l'un des jeunes avec le même T Shirt Nike qu'un mannequin en face de lui. Il n'y a pas mieux comme image pour résumer ce décalage total entre des jeunes qu'on comprend révolutionnaires et leur absence de logique et de réflexion.


Les personnages peuvent même pour certains provoquer de l'empathie mais elle est suivie rapidement par un effroi terrible, face à leur détermination et leur absence totale de regret, de considération pour les personnes tuées. L'une des filles s'inquiète du nombre de morts provoqué par leurs attentats, ayant fait sauter des bombes non pour tuer mais pour le message...tandis que d'autres n'ont aucune notion de ce qu'ils viennent de commettre, de la valeur d'une vie. Ils ont fait quelque chose d'inédit et c'est plus important que le fond. Tout devient objet dans cet immense univers de consommation et plus rien n'a d'importance. On vient de tuer des agents de sécurité et on joue trois minutes après sur une console en écoutant de la musique à fond. Où est l'intellectualisation de leur mobile. Où est la responsabilité de l'ogre qui engloutit les idéaux pour leur vendre ces consoles ? Nulle part et c'est encore plus effrayant que lorsqu'il y a une revendication, tout aussi inexcusable et condamnable soit elle.


Ces personnages confondent absolument tout et sont donc capables du pire car ils sont en colère et "purs" dans leur criminalité. Mais comme on ne connait pas le message exact et qu'ils n'ont pas l'air de bien le maitriser non plus, le gouffre semble encore plus béant. Qu'est ce qui a déconné à ce point pour que ces gamins se solidarisent autour de ce projet terroriste ? Peut-être rien de très concret, et juste de la manipulation...


C'est donc brillant que de choisir des individus tous mignons, sans revendications ni conscience politique apparente, pour dresser ce portrait de jeunes hors sol qui veulent cesser d'être spectateurs de leur destin et commettent des actes atroces sans aucune conscience.

La mise en scène est bluffante, Bonello choisissant de terminer son film sur une vision opératique de la chute. Sa façon de remontrer une scène sur divers angles à partir du début d'une chanson, est tout simplement l'une des meilleures idées de cinéma depuis longtemps. Ce n'est peut être pas nouveau, mais là c'est ultra efficace.


On suit le mouvement des corps qui fuient, qui tombent, qui ont peur, que sont amenés vers un destin tragique et inévitable. Le ballet reprend alors, mais de façon confinée dans un espace clos qui représente tout ce qu'ils ont voulu détruire, emprisonnés dans ce mausolée alors qu'ils étaient libres de leur mouvement et en plein air lorsqu'ils ont commis l’irréparable. C'est visuellement d'un formalisme qui force le respect.


La piste aux lapins :


















































































































































































































































Terrence Malick

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page