top of page

Mortal Engines

De: Christian Rivers



Peter Jackson a passé la main à son fidèle assistant pour mettre en scène ce premier tome d'une série de romans à succès, restant producteur.

Des centaines d’années après qu’un évènement apocalyptique a détruit la Terre, l’humanité s’est adaptée pour survivre en trouvant un nouveau mode de vie. Ainsi, de gigantesques villes mobiles errent sur Terre prenant sans pitié le pouvoir sur d’autres villes mobiles plus petites.

Il est quasi exceptionnel de voir un film ouvertement steam punk débarquer sir les écrans. Or j'adore le style, qui mêle machines à vapeur, inspiration Victorienne, métal, robots et autres délires de SF tirées de Jules Vernes (Brazil, Les Mystères de l'Ouest, Hellboy II, Le Château Ambulant...).

"Mortal Engines" marquera pour le coup les esprits car ses effets spéciaux sont hyper soignés et son univers est crédible, ce qui était loin d'être évident. Voir des villes sur roulettes se courser et s'aborder comme des bateaux, à la rigueur çà se comprend chez Terry Gilliam, au début du Sens de la vie, mais sinon çà semble compliqué. Pourtant là, çà fonctionne et plutôt bien. Et c'est la première réussite du film, arriver à créer un univers neuf au milieu de tous ces reboots et suites de franchises existantes.


Et surtout, le film rend au steam punk ses lettres de noblesse en utilisant les ingrédients du genre sans les rendre indigestes. Certaines scènes sont vraiment magnifiques et permettent à l'imaginaire de s'évader et c'est très très réussi.


Après une impressionnante mise en place, on est plutôt surpris de ne pas avoir envie de butter les personnages principaux, plutôt réussis aussi. Le film emprunte à Mad Max, à Terminator et c'est plutôt efficace en terme d'action. Il n'y a aucun temps mort et c'est juste divertissant.

Le problème c'est bien entendu le fait que le scénario n'a rien de très original et qu'on a déjà vu ceci mille fois...C'est qu'en fait on ne vous l'a peut être jamais dit mais 80% des histoires sont construites exactement sur le même storytelling... Donc pourquoi le reprocher à cette histoire là ? Peut-être parceque c'est dommage et qu'avec des personnages plus attachants, moins lisses et des acteurs un peu plus connus, le film aurait vraiment gagné et décollé pour rester dans les mémoires longtemps.


C'est un peu ce sentiment qui reste à la fin. Le fait d'avoir vu un très beau spectacle, hyper original visuellement, dont les personnages sont efficaces mais auraient gagné en profondeur. Après c'est un peu le reproche que je fais à tous les films portant la marque de Peter Jackson.

Sa double trilogie autour du Seigneur des Anneaux était magnifique de par son univers et la fluidité de l'évolution des personnages en son sein. Mais ils étaient unidimensionnels et sans trop de relief. Ici c'est moins le cas mais c'est le petit bémol qui ne doit cependant pas vous empêcher d'aller le voir. On a besoin d'audace dans les blockbusters et dans la mesure où celui-ci en fait quand même preuve et qu'il est réussi, autant le soutenir !


La piste aux Lapins :




0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Roma

Opmerkingen


bottom of page