top of page

L'Abbé Pierre : une vie de combats

De Frédéric Tellier



Après le biopic il y a une trentaine d'années avec Lambert Wilson dont on se souvient ou pas, voici une nouvelle tentative de faire revivre ce personnage incroyable d'Henri Grouès, résistant, puis député, puis défenseur des sans-abris, qui créa Emmaüs et bouscula l'opinion publique pour la première fois lors de son appel de l’hiver 54.


Devenu une icône et la personnalité préférée des français de son vivant, l'homme est forcément inspirant.


Benjamin Lavernhe est très bon dans le rôle, comme à son habitude et il est très bien entouré de deux pointures, Emmanuelle Bercot et Michel Vuillermoz.

Le début du film sur son passé résistant et ses premières luttes et accueils de sans abris se suit avec grand intérêt, la réalisation étant fluide et vigoureuse. Hélas, Frédéric Tellier se prend les pieds dans le tapis du biopic et ne sait pas l'arrêter au bon moment. Cerres il nous montre les férules de l'homme, son égo et n'en fait pas une angiographie naïve, ce qui est à son crédit. Mais les 2h18 de film s'étirent et quand le personnage vieillit, on perd de l'intérêt et surtout le film veut absolument le suivre jusqu'à sa mort et c'est très honnêtement un peu chiant. On a compris le message, on a compris le personnage et on se prend une heure interminable où il vieillit et de lâaaaaaache jamais. Il aurait fallu faire plus resserré, ou plus original. Mais la mise en scène trop classique n'aide pas le film à tenir la durée. Intéressant tout de même.


La piste aux Lapins :








Posts récents

Voir tout
bottom of page