top of page

"El buen patrón"

Dernière mise à jour : 7 janv. 2023

De: ernando León de Aranoa





Un ex-employé viré qui proteste bruyamment et campe devant l’usine…Un contremaître qui met en danger la production parce que sa femme le trompe…Une stagiaire irrésistible…A la veille de recevoir un prix censé honorer son entreprise, Juan Blanco, héritier de l’ancestrale fabrique familiale de balances, doit d’urgence sauver la boîte. Il s’y attelle, à sa manière, paternaliste et autoritaire : en bon patron ?


Javier Bardem est comme toujours brillant mais en jouant ce quinquagénaire aux petits soins pour tout le monde, bien sous tous rapports et qui se mêle de la vie de tout le monde pour les aider et faire tourner aux mieux son entreprise, il garde toujours un regard et un petit sourire qui font douter de la sincérité du personnage.

Va s'ensuivre divers évènements où la perfection du personnage va se craqueler et où les conséquences de ses actes vont grandir en effet boule de neige assez jouissif et drôle.

Le cynisme du personnage prend alors toute son ampleur et renverse totalement l'image d'Epinal véhiculée au départ avec un certain bonheur de visionnage , le tout est avec avec finesse. Le message politique sur l'hypocrisie d'une bienveillance patronale toute puissante qui se substituerait aux lois du marché, du travail et du rapport de force surgit avec réalisme mais aucune démagogie.


Qui manipule qui est un mécanisme qui rend le film très divertissant.


Un jeu de dupes très bien mené et aux rebondissements intelligents.


La piste aux lapins :




2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page